Chypre

Chiffres clés

Dans le recensement de la population en 2001, environ 1,5 % de la population s’est identifiée comme catholique romaine

Superficie:
9 251 km²

Population:
1 129 000 (desquels 787 000 habitent dans le sud)

Cadre juridique de la liberté religieuse et son application effective

La Constitution de 1960 de la République de Chypre reconnaît, dans son préambule, qu’il existe deux communautés nationales, linguistiques et religieuses distinctes sur le territoire de l’île : orthodoxe grecque et musulmane turque.  L‘article 18 de la Constitution garantit la liberté de pensée, de conscience et de religion, ainsi que le droit de professer et de manifester sa foi dans chaque contexte social, à condition que cela ne crée pas d’obstacles à la sécurité, la santé, l’ordre public et autres droits inscrits ailleurs dans le document juridique. En outre, le droit de changer de religion ou de croyance est expressément autorisé, mais les conversions forcées sont interdites, de même que toutes les tentatives d’obstruction à la conversion des autres.

A l’instar de l’Église orthodoxe grecque de Chypre, le Vakf, institution musulmane qui réglemente les questions religieuses pour les Chypriotes turcs, est exonéré de taxes et libre de toute ingérence gouvernementale. La Constitution reconnaît officiellement trois autres organisations religieuses : les maronites catholiques, les chrétiens apostoliques arméniens et les « latins » (les Chypriotes catholiques romains). Pour agir en tant qu’entité juridique, un groupe religieux doit s’enregistrer  comme organisme sans but lucratif.

Dans les écoles primaires et secondaires publiques, l’éducation religieuse orthodoxe grecque est obligatoire pour les étudiants orthodoxes grecs. Pour tous les autres groupes religieux, des cours religieux alternatifs peuvent être fournis à la demande des tuteurs de l’étudiant 2.

Après un coup d’État en 1974, la partie nord de l’île s’est auto-proclamée comme étant la «République turque de Chypre-Nord » (RTCN) en 1983. La RTCN, qui est administrée par les Chypriotes turcs, n’est reconnue par aucun autre pays sauf la Turquie. Les règlements de la RTCN stipulent que les résidents orthodoxes grecs peuvent célébrer des liturgies ou des messes, officiées par deux prêtres désignés, dans seulement trois églises fonctionnelles identifiées dans la péninsule de Karpas sans demander l’autorisation du gouvernement, et que les résidents maronites peuvent célébrer des liturgies ou des messes dans seulement quatre églises maronites désignées, sans demander l’autorisation gouvernementale. Pour les messes et services en d’autres lieux, les groupes religieux doivent soumettre des demandes aux autorités afin d’obtenir la permission. L’autorisation est également nécessaire pour les prêtres autres que ceux qui sont officiellement désignés pour célébrer des services religieux. Pour les Chypriotes qui ne résident pas dans la RTCN – les membres des Églises orthodoxes grecques, catholiques maronites ou apostoliques arméniennes habitant dans le sud sous contrôle gouvernemental, par exemple -, un permis spécifique est nécessaire pour les services impliquant la participation des laïcs 3.

 

Incidents

Il est souvent difficile de classer des incidents spécifiques comme les violations de la liberté religieuse, parce que la religion et l’appartenance ethnique sont étroitement indissociables à Chypre. Alors que les relations entre les dirigeants des communautés religieuses sont souvent cordiales, il y a des tensions occasionnelles entre les adeptes des différentes religions. Les dirigeants des principaux groupes religieux de l’île ont continué à se réunir régulièrement et à visiter les lieux de culte des deux côtés de la zone tampon. La coopération entre les différents groupes religieux a conduit à des améliorations dans les relations interconfessionnelles 4.

La situation de plus en plus positive à Chypre a été sévèrement affectée par une décision prise en mai 2016 par Tahsin Ertuğruloğlu, un ministre de la RTCN, restreignant les cérémonies religieuses orthodoxes grecques dans les églises du Nord à seulement une fois par an : soit à Noël, à Pâques ou la fête du patron de l’Eglise. Le ministère de la RTCN a défendu la mesure en expliquant qu‘elle empêchait « l’exploitation de la droite », alléguant que les membres de la droite ont formulé trop de demandes pour de tels services et que le ministère n’avait pas assez de policiers pour assurer la sécurité pour tous ces événements. Seuls les trois lieux de culte orthodoxes grecs dans la péninsule de Karpas sont exemptés de cette réglementation. Ces restrictions ne touchent pas la minorité catholique maronite 5.

La décision politique a été sévèrement critiquée par les deux leaders religieux musulman et chrétien et par Karima Bennoune, rapporteur spécial de l’ONU. Cette dernière a favorablement accueilli les promesses selon lesquelles les restrictions nouvellement introduites seraient réduites 6. Ces restrictions sont également problématiques parce que beaucoup d’églises chrétiennes dans le nord sont en très mauvais état et elles ont désespérément besoin d’aide. Certaines ne survivent que grâce au tourisme et aux prêtres bénévoles 7.

En février 2016, la mosquée du XIXe siècle dans la ville de Denia, qui n’a été restaurée qu’en 2013, a été endommagée par des pyromanes. L’attaque a été universellement condamnée par des représentants de tous les groupes religieux chypriotes 8.

 

Perspectives pour la liberté religieuse

Certains des récents événements relatifs à la liberté religieuse à Chypre semblent être très encourageants. Les chefs religieux s’engagent dans une coopération étendue, en soutenant les pourparlers de paix difficiles dans un pays ethniquement divisé. Shaun Casey, le représentant spécial américain pour la Religion et les Affaires mondiales, a affirmé que la coexistence des chrétiens et des musulmans sur l’île peut servir de modèle pour la région9. Cette culture de la tolérance religieuse entre les communautés semble aussi se prolonger dans la société. Une étude a comparé les attitudes envers les immigrants musulmans au cours des dernières années. Alors qu’ils étaient largement perçus dans les médias comme une menace pendant les années 2011 à 2013, il semble y avoir eu un changement d’attitude en 2014-2015, selon. Les images médiatiques représentent désormais les immigrants comme des êtres humains qui ont besoin d’aide. Il reste à voir comment les développements récents auront une influence sur les attitudes dans la société10.

La décision de mai 2016 des autorités de la RTCN, de limiter les possibilités de culte chrétien dans le nord, pourrait se révéler un sérieux obstacle dans le développement de la liberté religieuse à Chypre, si elle n’est pas révoquée. Ces restrictions, imposées par le gouvernement, demeurent un problème.

 


2 http://www.state.gov/j/drl/rls/irf/religiousfreedom/index.htm?year=2014&dlid=238368#wrapper

3 http://www.state.gov/j/drl/rls/irf/religiousfreedom/index.htm?year=2014&dlid=238370#wrapper

4 http://in-cyprus.com/religious-pressure-north/

5 http://cyprus-mail.com/2016/05/24/turkish-cypriot-side-restricts-orthodox-church-services-north/

6 http://www.usnews.com/news/world/articles/2016-06-02/un-expert-condemns-church-access-limits-in-cyprus-north

7 http://www.christiantoday.com/article/why.you.can.only.go.to.church.in.northern.cyprus.once.a.year/86848.htm

8 http://cyprus-mail.com/2016/03/02/denia-mosque-repaired/

9 http://cyprus-mail.com/2016/03/08/cyprus-can-be-a-model-for-religious-coexistence/

10 http://cyprus-mail.com/2016/06/06/shift-media-focus-migrants-threat-ucy-study-finds/

Rechercher un pays

Dernières actualités

  • Jordanie : « nous ne devons pas abandonner le terrain aux extrémistes »
    Depuis des années, le royaume hachémite est une terre de refuge pour les Irakiens. Mais ils arrivent aussi par milliers de Syrie, fuyant la guerre et les violences, les conséquences des récentes évolutions politiques et d’un islamisme de plus en plus militant. Beaucoup parmi les chrétiens « ont tout perdu, mais ... Lire la suite
    Publié le 30/12/2014
  • Jordanie : « nous ne devons pas abandonner le terrain aux extrémistes »
    Depuis des années, le royaume hachémite est une terre de refuge pour les Irakiens. Mais ils arrivent aussi par milliers de Syrie, fuyant la guerre et les violences, les conséquences des récentes évolutions politiques et d’un islamisme de plus en plus militant. Beaucoup parmi les chrétiens « ont tout perdu, mais ... Lire la suite
    Publié le 30/12/2014