Rechercher un pays

L’essentiel en 17 points

Analyse en 17 points de la situation de la Liberté Religieuse dans le monde

Période faisant l’objet du présent rapport sur 196 pays: octobre 2012 à juin 2014

 

1. Parmi les 196 pays du monde, 81 pays – soit 41 % – sont identifiés comme des endroits où la liberté religieuse est entravée (classification « haute » ou « moyenne » dans la carte) ou est en déclin.

2. 35 pays au total – soit 18 % – ont été classés comme présentant quelques problèmes de liberté religieuse qui sont « inquiétants », mais sans détérioration de leur statut.

3. Les 80 pays restants – soit 41 % – ne présentaient aucun problème de liberté religieuse. Le rapport n’a pas constaté de violation régulière ou systémique de la liberté religieuse dans ces pays.

4. Lorsqu’il y a eu des changements en matière de liberté religieuse, il s’agit dans presque tous les cas de détérioration : 55 pays (soit 28%) ont vu leur situation se détériorer, et sur les 196 pays analysés, seul six pays sont concernés par des améliorations.

5. Même dans les six pays dans lesquels quelques améliorations ont été constatées, quatre – Cuba, Émirats Arabes Unis, Iran et Qatar – restent classés comme des lieux de « haute » ou « moyenne » persécution. Le Zimbabwe et Taïwan sont classés respectivement dans les catégories « préoccupante » et « faible ».

6. Au total, 20 pays sont rangés dans la catégorie « haute », compte tenu de l’absence de liberté religieuse.

a – Parmi eux, 14 vivent des situations de persécution religieuse liées à l’extrémiste musulman. Ces pays sont : l’Afghanistan, la République centrafricaine, l’Égypte, l’Iran, l’Irak, la Libye, les Maldives, le Nigéria, le Pakistan, l’Arabie saoudite, la Somalie, le Soudan, la Syrie et le Yémen.

b – Dans les six pays restants, la persécution religieuse est liée à des régimes autoritaires. Ces pays sont : la Birmanie (Myanmar), la Chine, l’Érythrée, la Corée du Nord, l’Azerbaïdjan et l’Ouzbékistan.

Sur le fondement de ces constatations, le rapport conclut :

7. Au cours de la période faisant l’objet du présent rapport, la liberté religieuse mondiale a connu un grave déclin.

8. L’impression donnée par les gros titres des médias du monde entier, selon laquelle il existe une véritable envolée des persécutions des communautés religieuses marginalisées, est confortée par les présentes recherches.

9. Les pays musulmans sont prédominants dans la liste des États manifestant les plus graves violations de la liberté religieuse.

10. La liberté religieuse est en baisse dans les pays occidentaux qui sont majoritairement ou historiquement chrétiens. Deux facteurs principaux expliquent cela. Tout d’abord, il existe un désaccord en ce qui concerne le rôle que doit jouer la religion dans la « sphère publique ». Deuxièmement, l’ouverture à la liberté religieuse est menacée par l’augmentation des préoccupations sociétales concernant l’extrémisme.

11. Les chrétiens restent la minorité religieuse la plus persécutée, en partie à cause de leur large dispersion géographique et de leur nombre relativement élevé. Cependant, les musulmans subissent également un niveau sérieux de persécution et de discrimination, imputable soit à d’autres musulmans, soit à des régimes autoritaires.

12. Les juifs d’Europe occidentale font l’objet de violences et d’autres mauvais traitements, en général de faible niveau. Toutefois, ces problèmes ont augmenté, provoquant une augmentation de l’émigration vers Israël.

13. Quelques signes positifs de coopération religieuse ont été constatés, mais ils ont souvent été le fruit d’initiatives locales plutôt que de progrès au niveau national.

14. La persécution des minorités religieuses établies depuis longtemps et la montée des États mono-confessionnels se traduisent par des déplacements de population d’une ampleur exceptionnelle, ce qui a contribué à une crise des réfugiés dans le monde entier.

15. Les pays d’Europe de l’Ouest, qui jusqu’à ces dernières décennies étaient majoritairement chrétiens et homogènes, ressemblent de plus en plus aux pays multiconfessionnels et aux sociétés diversifiées du Proche-Orient. Cela génère des tensions, tant politiques que sociales.

16. La montée de « l’analphabétisme religieux » chez les décideurs occidentaux et dans les médias internationaux empêche un dialogue productif et l’élaboration de politiques efficaces.

17. Pour inverser les tendances inquiétantes relevées dans le présent rapport, la responsabilité de la lutte contre la violence et la persécution incombe, avant tout, aux communautés religieuses elles-mêmes. La nécessité, pour tous les chefs religieux, de proclamer haut et fort leur opposition à la violence d’inspiration religieuse et de réaffirmer leur soutien à la tolérance religieuse, devient de plus en plus urgente.