Paraguay

Chiffres clés


http://www.thearda.com/internationalData/countries/Country_176_2.asp, consulté le 7 mai 2016
http://www.bbc.com/news/world-latin-america-19978115, consulté le 7 mai 2016

Superficie :
406 752 km2

Population :
6 700 000

Chrétiens :
Catholiques romains : 84,7 %
Évangéliques : 6,2 %
Autres : 4,5 %





Cadre juridique de la liberté religieuse et son application réelle

Le Paraguay est un État social fondé sur la primauté du droit avec une démocratie représentative, participative et pluraliste[1]. Dans le préambule de la Constitution, le peuple du Paraguay invoque Dieu pour la sanctionner et la promulguer.

La liberté de religion est reconnue sans autres limitations que celles établies dans la Constitution et la loi. L’indépendance et l’autonomie des Églises et des confessions religieuses sont garanties. Il n’y a aucune religion d’État officielle au Paraguay et les relations entre l’État et l’Église catholique romaine sontfondées sur l’indépendance, la coopération et l’autonomie. L’importance du catholicisme dans la formation historique et culturelle de la nation est aussi reconnue.

Nul ne peut faire l’objet d’une enquête ou être tenu de témoigner en raison de ses croyances. L’objection de conscience pour des raisons éthiques ou religieuses est reconnue par la Constitution et la loi. La Constitution offre également le droit d’asile diplomatique et territorial à toute personne persécutée pour ses opinions ou ses croyances.

Les peuples autochtones ont le droit de préserver et de développer leur identité ethnique. Ils ont le droit d’établir leur propre forme d’organisation culturelle et religieuse. Le droit d’apprendre sans discrimination est garanti autant que la liberté d’enseigner et le droit de recevoir une éducation religieuse.

En plus, aucune discrimination n’est permiseparmi les travailleurs pour des raisons ethniques ou religieuses. Le droit à l’objection de conscience au service militaire est reconnu, avec l’obligation d’effectuer un service civil alternatif pour le compte de la population civile dans descentres de santé. Aucun ministre du culte ne peut se porter candidat pour les postes de président, vice-président, sénateur ou député[2].

 

Incidents

Comme indiqué dans le Rapport de 2014 sur la liberté religieuse dans le monde pour le Paraguay du Bureau de la démocratie, des droits de l’Homme et du travail du Département d’État américain, « les syndicats et les organisations des droits de l’homme ont signalé que desemployeurs mennonites, souvent la principale source d’emploi dans les régions éloignées de la région du Chaco, ont continué à favoriser les travailleurs indigènes convertis à la foi mennonite par rapport à ceux qui ne se sont pas convertis.[3] »

En 2014, le gouvernement paraguayen a continué à soutenir un forum interconfessionnel composé de 16 associations de divers groupes religieux voué à faciliter le dialogue[4].

 

Perspectives pour la liberté religieuse

Avec seulement une poignée de cas d’intolérance religieuse, de discrimination ou de persécution signalés au cours des dernières années, le Paraguay reste un pays à très faible risquede violations de la liberté religieuse.


[1]http://www.bacn.gov.py/CONSTITUCION_ORIGINAL_FIRMADA.pdf, consulté le 7 mai 2016.

[2]http://www.oas.org/juridico/spanish/par_res3.htm,consulté le 3 March 2016.

[3] http://www.state.gov/j/drl/rls/irf/religiousfreedom/index.htm#wrapper

[4]http://www.humanrights.gov/pdf/paraguay-spa-final.pdf,consulté le 3 mars 2016.

Rechercher un pays

Dernières actualités