Uruguay

Chiffres clés


http://www.thearda.com/internationalData/countries/Country_235_2.asp (consulté le 4 mai 2016)
http://www.bbc.com/news/world-latin-america-20041847 (consulté le 4 mai 2016)

Superficie :
176 215 km²

Population :
3 400 000

Cadre juridique de la liberté religieuse et son application effective

La Constitution consacre le principe que toutes les religions sont libres, et qu’elles ne sont pas prises en charge par l’État, dans le sens où la Constitution ne prévoit pas de financement à quelque dénomination religieuse que ce soit. L’État a reconnu le titre de propriété de l’Église catholique à toutes ses églises construites avec des fonds publics. Il a également déclaré que les lieux de culte appartenant à d’autres religions sont exonérés d’impôt    (article 5) [1].

La discrimination fondée sur des motifs religieux est interdite, et l’agression des minorités religieuses, ethniques et autres est une infraction criminelle. Les lieux de culte sont exemptés de l’impôt foncier si les groupes religieux sont enregistrés auprès du Ministère de l’Éducation et de la Culture en tant qu’entités à but non lucratif, et que leurs statuts ont été approuvés par les autorités. L’éducation religieuse n’est pas autorisée dans les écoles publiques, mais les jours saints chrétiens sont des jours fériés. Comme cela est le cas pour les travailleurs, les étudiants des minorités religieuses ont le droit à un congé pendant le jour de leurs fêtes religieuses.

Un certain nombre d’organismes publics autonomes, dans lesquels sont représentés divers groupes religieux et la société civile, surveillent la conformité du gouvernement aux réglementations de non-discrimination. Ils organisent également des campagnes pour promouvoir une plus grande intégration des différents groupes, y compris la campagne « Ensemble contre la discrimination » visant à promouvoir la tolérance religieuse. La communauté juive a fait état d’une augmentation des actes antisémites dans le sillage du conflit à Gaza. Ces actes comprenaient des graffitis dans les lieux publics ainsi que des déclarations violentes et judéophobes contre Israël dans les médias sociaux. Le Sénat uruguayen a publiquement condamné ces actes et a lancé un appel à la tolérance. La police a enquêté avec succès sur de tels incidents.

Le Conseil judéo-chrétien favorise la compréhension interreligieuse, et il inclut aussi les afro-umbandistes et les musulmans dans leurs activités consacrées à la liberté religieuse. Le gouvernement, les ONG et les chefs religieux se sont engagés à promouvoir le dialogue entre les différentes religions et à améliorer la compréhension et le respect des différentes valeurs religieuses[2].

 

Incidents

En juillet 2015, le père Pedro Bonavía a été attaqué alors qu’il tentait d’entrer dans son presbytère. Il a subi des blessures à la tête, à la main, et au visage. Ses agresseurs l’ont forcé à pénétrer dans sa maison et ils ont volé une enveloppe qui contenait de l’argent. C’était la deuxième attaque contre cet homme du clergé. En mai 2014, sous la menace de leurs fusils, cinq hommes ont pris d’assaut son église[3]. Les membres du clergé catholique sont souvent la cible des actes criminels.

En août 2015, la sénatrice Ivonne Passada a dit que les contributions de l’Église catholique dans les écoles gratuites de l’État – qui sont autorisées à recevoir des dons du secteur privé – sont tout à fait injustes. Ses opinions ont été reprises par les politiciens qui voudraient voir une fin à tous les dons privés aux écoles[4].

En septembre 2015, la professeure-sénatrice Carmen Asiaín a présenté un projet de loi sur la liberté de conscience et de l’idéologie[5]. En octobre 2015, neuf organisations non gouvernementales ont présenté une requête à la législature pour demander aux députés politiques appartenant à des églises évangéliques de rétracter une déclaration qu’ils ont signée, déclaration dans laquelle ils s’engagent à respecter la Constitution et les lois du pays, mais seulement dans la mesure où elles ne sont pas en contradiction avec « la Parole de Dieu » [6].

En décembre 2015, la police a arrêté une religieuse brésilienne parce que sa présence a bouleversé les habitants de la ville de Rivera. Elle a été libérée après que son identité et ses raisons de rester en Uruguay ont été confirmées. Il y a eu des tensions entre la sœur, qui voulait établir une école pour les enfants défavorisés, et l’évêque local qui a dit que la présence de l’ordre auquel appartenait la religieuse ne correspondait pas avec le plan pastoral diocésain[7]. En février 2016, un projet de règlement municipal publié par l’Hôtel de Ville de Montevideo a approuvé les plans de l’Église catholique pour la construction d’une statue de quatre mètres de la Vierge Marie près de la promenade urbaine située, dans la capitale. La capitale a déjà des images publiques de Lemanja (ou Yemoja, une déesse africaine) et Confucius, ainsi qu’une petite place dédiée à Jaime Spector, le premier rabbin ashkénaze d’Uruguay. Ces images ont fait l’objet de débats, y compris parmi les législateurs.

En mars 2016, Gerardo Amarilla, un membre de l’Église évangélique baptiste, a été choisi comme président de la Chambre des représentants. Un certain nombre de députés du Parti socialiste, y compris Roberto Chiazzaro, ont déclaré que ce choix n’inspire pas confiance quant au maintien de la nature laïque de l’État et ils ont mis en garde sur le fait que la sphère politique pourrait devenir un terrain favorisant le prosélytisme[8]. L’Uruguay abrite un fort mouvement laïc qui a fait preuve de discrimination contre l’Église catholique et d’autres groupes religieux.

Au cours du même mois, dans la ville de Paysandu, un converti à l’islam a tué David Fremd Wulf, un homme d’affaires juif âgé de 55 ans. M. Wulf a été poignardé dans le dos à plusieurs reprises pendant qu’il ouvrait sa boutique. Son fils, alors avec lui, a subi des blessures quand il a essayé de défendre son père. Le tueur a prétendu qu’il a été motivé par la haine religieuse : « Je l’ai fait parce que ma religion m’a dit de tuer un juif. [9]»

 

Perspectives pour la liberté religieuse

La laïcité est une des caractéristiques de l’État uruguayen. Cependant, le sujet du débat public est de savoir à quel point l’Uruguay est un État laïc. L’intolérance religieuse peut se produire à un niveau politique, lorsque certains politiciens interprètent la laïcité comme signifiant l’absence totale de la religion dans l’espace public, ce qui les entraînent à associer la pratique religieuse au prosélytisme, à se méfier des législateurs ouvertement religieux ou à s’opposer à des symboles religieux dans les lieux publics. Dans tous les cas, la discussion sur la place de la religion peut aussi être considérée comme positive, car elle montre que la religion joue encore un rôle vital dans la société, alors qu’auparavant on pensait qu’elle pourrait disparaître de la vie publique.

 


[1]http://www.thearda.com/internationalData/countries/Country_235_6.asp (consulté le 8 mars 2016).

[2]http://www.state.gov/documents/organization/238790.pdf (consulté le 8 mars 2016).

[3]http://www.elpais.com.uy/informacion/victimas-mandamiento-crecen-ladrones-iglesias.html (consulté le 8 mars 2016).

[4]http://www.elpais.com.uy/informacion/sturla-no-cortar-patas-liceos-donaciones-iglesia.html (consulté le 8 mars 2016).

[5]http://amicus-sponsi.blogspot.cl/2015/09/defensa-de-la-libertad-de-conciencia-y.html (consulté le 18 mars 2016).

[6]http://www.elpais.com.uy/informacion/ong-laicas-exigen-diputados-evangelistas.html (consulté le 8 mars 2016).

[7]http://www.elpais.com.uy/informacion/sor-presa-rivera-vino-evangelizar.html (consulté le 8 mars 2016).

[8]http://www.elpais.com.uy/informacion/dura-sesion-religion-nuevo-titular.html (consulté le 8 mars 2016).

[9]http://analisisdigital.com.ar/noticias.php?ed=1&di=0&no=232936 (consulté le 18 mars 2016).

 

Rechercher un pays

Dernières actualités

  • JMJ à CRACOVIE : témoignage de Miguel devant le Pape : « l’Évangile guérit »
    Miguel, jeune paraguayen, va témoigner devant le pape lors des JMJ le samedi 30 juillet à Cracovie. Interviewé par l’AED, il nous raconte comment il a vaincu la toxicomanie grâce aux « fermes de l’espérance », communauté soutenue par la Fondation pontificale. Si quelqu’un avait dit à Miguel, il y a ... Lire la suite
    Publié le 29/07/2016
  • Noël en Syrie: méditation de l’archevêque maronite de Damas
    «Entre crèche et jalousie» Méditation de Mgr Samir NASSAR,Archevêque maronite de Damas La Syrie en ce Noël ressemble le mieux à une crèche: étable ouverte sans porte, froide, démunie et si pauvre.. L’Enfant Jésus ne manque pas de compagnons en Syrie..Des milliers d’enfants qui ont perdu leurs maisons ... Lire la suite
    Publié le 20/12/2013
  • Noël en Syrie: méditation de l’archevêque maronite de Damas
    «Entre crèche et jalousie» Méditation de Mgr Samir NASSAR,Archevêque maronite de Damas La Syrie en ce Noël ressemble le mieux à une crèche: étable ouverte sans porte, froide, démunie et si pauvre.. L’Enfant Jésus ne manque pas de compagnons en Syrie..Des milliers d’enfants qui ont perdu leurs maisons ... Lire la suite
    Publié le 20/12/2013