Kosovo

Chiffres clés

Légende :

Musulmans : 93.1%

Chrétiens : 5.9%

Autres : 1%

Superficie : 10908 m2

Population : 2095000 habitants

Le cadre juridique de la liberté religieuse et son application effective

La République du Kosovo est, selon la Constitution du pays, un État laïc et neutre en matière de croyance religieuse. La Constitution protège et garantit également la liberté religieuse. L’article 9 de la Constitution dispose que la République « assure la préservation et la protection de son patrimoine culturel et religieux ». L’article 24 garantit l’égalité de tous et interdit la discrimination religieuse. L’article 38 garantit la liberté de croyance, de conscience et de religion. L’article 39 consacre la protection des confessions religieuses.

La Loi fondamentale sur la liberté religieuse au Kosovo est entrée en vigueur le 1er avril 2007.1 Elle a été fortement critiquée, tant par les communautés religieuses que par les organisations internationales. L’absence de réglementations claires sur l’enregistrement et le financement, ainsi que sur la construction de sites religieux et la création et l’entretien de cimetières constituent des préoccupations majeures pour les communautés religieuses.

Fin 2011, le gouvernement a proposé d’amender cette loi, afin de résoudre le problème de l’enregistrement. Selon le projet de loi, cinq communautés religieuses considérées comme « constituant le patrimoine historique, culturel et social du pays » seront automatiquement enregistrées.2 Les communautés religieuses en question sont la communauté islamique du Kosovo, l’Église orthodoxe serbe, l’Église catholique, la communauté juive et l’Église protestante évangélique. Le projet de loi3 prévoit que le Bureau d’enregistrement des communautés religieuses, rattaché au Ministère de la Justice, délivrera des certificats d’enregistrement à ces cinq communautés religieuses et leur attribuera le statut de personnes morales.

De nouvelles communautés religieuses peuvent être enregistrées si elles ont au moins 50 membres.4 Le Bureau d’enregistrement des communautés religieuses est tenu de prendre une décision dans les 30 jours suivant la réception d’une demande d’enregistrement.5 En cas de décision négative, il est possible de saisir la juridiction compétente dans un délai de 30 jours. Les communautés religieuses qui ne satisfont pas aux conditions d’enregistrement ne seront pas reconnues juridiquement.

La Commission de Venise du Conseil de l’Europe a publié son avis sur l’amendement à la Loi sur la liberté religieuse, soulignant la nécessité d’un certain nombre d’améliorations. Il s’agissait notamment d’élargir la liste des cinq groupes considérés comme des communautés religieuses « constituant le patrimoine historique, culturel et social du pays » pour y inclure tous les autres groupes religieux établis.

La minuscule communauté catholique du Kosovo, estimée à 60 000 fidèles, est principalement concentrée à Đakovica, Prizren, Klina et dans quelques villages près de Peć et de Vitina. Il y a 33 églises catholiques, 36 prêtres et 70 religieuses. L’origine albanaise de Sainte Thérèse de Calcutta est source de grande fierté. Le boulevard principal de Pristina et une cathédrale catholique portent le nom de celle qui a reçu sa vocation missionnaire dans l’église de Letnica, dans le sud-est du Kosovo. La canonisation de Sainte Thérèse de Calcutta par le Pape François en 2016 a été célébrée par les Albanais dans tous les Balkans. Albanais catholiques et musulmans cherchaient depuis longtemps à promouvoir Sainte Thérèse comme mère de tous les Albanais.

Bien que 18 années se soient écoulées depuis le conflit du Kosovo, son triste héritage jette une ombre sur les relations entre les habitants de ce pays. Selon le rapport de la Commission internationale 4500 personnes ont trépassé, dont plus de 1600 sont toujours portées disparues.6 Les tensions inter-ethniques entre les Albanais du Kosovo et les Serbes continuent.

On estime qu’environ 315 citoyens du Kosovo se sont rendus dans des zones de guerre en Syrie et en Irak. Proportionnellement, le Kosovo est le principal fournisseur européen de combattants étrangers à l’État islamique (Daech). Selon les agents de renseignement, plus de 33 % d’entre eux sont déjà revenus.7

Incidents

Beaucoup d’incidents sont dus à des tensions religieuses liées à des différends fonciers ainsi qu’à des allégations d’ingérence étrangère dans la promotion d’un point de vue religieux particulier.

Le 17 septembre 2017, après deux ans de contentieux, la Cour d’appel du Kosovo a statué contre l’Université de Pristina et a accordé à l’Église orthodoxe serbe la propriété de l’église du Christ-Sauveur. La construction de cette église avait été initiée par le régime de Milosevic au milieu des années 1990 sur des terres appartenant auparavant à l’Université de Pristina. Elle est restée inachevée depuis la fin de la guerre d’indépendance du Kosovo en 1999.8

Les allégations d’ingérence répétée de l’étranger ont parfois trait à la construction de bâtiments religieux, dont la construction de la mosquée centrale de Pristina. La mosquée n’a toujours pas été construite, bien que sa première pierre ait été posée dans le district de Dardanie en 2012.9  Aucun des 17 plans architecturaux soumis n’a été accepté par la Communauté islamique du Kosovo. Par la suite, la Communauté islamique a accepté les plans architecturaux de l’Agence turque de coopération et de coordination, qui semblait être le principal bailleur de fonds de ce projet d’une valeur de plus de 40 millions de dollars. Certains politiciens et groupes de la société civile de Pristina se sont fortement opposés à ce projet. Selon eux, l’architecture de style Osman est une copie de la mosquée turque d’Edirne et n’est absolument pas conforme à l’urbanisme actuel du district de Dardanie.

En décembre 2017, une déclaration du maire adjoint nouvellement élu de Pristina, Selim Pacolli, a ravivé un sujet brûlant. Au cours d’une entrevue à la télévision, il a soutenu la construction d’une mosquée sur le campus de l’Université de Pristina, sous réserve que l’Université soit transférée à la campagne. L’administration municipale de Pristina a déclaré qu’elle ne soutenait pas la proposition de Selim Pacolli. Une organisation étudiante, Démocratie Étudiante, s’est inquiétée du plan du maire adjoint de « transformation du campus universitaire en centre islamique ».10 Sur le campus de l’Université l’indignation s’est exprimée par des graffitis, menaçant le président kosovar Hashim Thaçi à propos du projet de construction d’une nouvelle mosquée dans la capitale. Selon Fox News, la police du Kosovo a enquêté sur l’affaire. La Communauté islamique du Kosovo a invité les étudiants à ne pas être influencés par des personnes qui appellent à la violence, à la diffamation et à l’intolérance.

Ce n’est pas la seule mosquée qui provoque des réactions fortes au Kosovo. Selon Balkan Insight, plus de 100 mosquées ont été construites sans autorisation au cours des dix dernières années.

En septembre 2017, le président du Kosovo, Hashim Thaçi, s’est rendu en visite officielle au Vatican. Il a présenté la Commission Vérité et Réconciliation au pape François, dont le but est d’encourager au pardon mutuel entre les Albanais kosovars et les Serbes. La Commission a été créée en février 2017.11

Le 15 février 2017, des graffitis anti-serbes sont apparus à plusieurs endroits près de l’église orthodoxe serbe de Gnjilane et sur la route menant au village serbe de Donja Budriga.12

En juin 2017, Florim Neziraj, chef de la Communauté islamique de Kacanik (ville du sud du Kosovo), a été démis de ses fonctions après avoir utilisé les haut-parleurs de la mosquée locale pour annoncer la mort de Lavdrim Muhaxheri, dirigeant albanais de l’État islamique.13Le grand public a fermement condamné son comportement. Le commandant autoproclamé de l’État islamique au Kosovo a été tué en Syrie lors d’une opération conjointe russo-syrienne. 24 hommes de cette ville auraient rejoint des groupes djihadistes en Syrie et en Irak. En conséquence, Kacanik a acquis la réputation de capitale djihadiste des Balkans.

Le 23 mars 2018, le tribunal de première instance de Pristina a libéré l’imam de la grande mosquée de Pristina, Shefqet Krasniqi. En 2014, il avait été arrêté en même temps que onze imams des mosquées locales du Kosovo. En 2016, le procureur spécial l’avait accusé d’inciter au terrorisme en encourageant les jeunes Kosovars à se rendre en Syrie et en Irak, et d’inciter à la haine et à l’évasion fiscale.14

Le 5 septembre 2017, l’envoyé spécial du pape François, le cardinal Ernest Simoni, un Albanais, a consacré la co-cathédrale catholique romaine Sainte Thérèse, à Pristina.

Perspectives pour la liberté religieuse

L’extrême pauvreté, le taux de chômage élevé et l’afflux d’argent en provenance d’Arabie saoudite menacent sérieusement de transformer une société musulmane tolérante et orientée vers l’Europe en un havre pour l’extrémisme islamique.

Le protecteur auto-proclamé de l’islam dans les Balkans, le président turc Erdogan, s’intéresse de plus en plus à la mise en œuvre de ses projets politiques islamiques au Kosovo. Des millions de lires turques sont utilisées pour construire des douzaines de nouvelles mosquées. Ankara a exigé la révision des manuels d’histoire du Kosovo afin de présenter la domination ottomane sous un jour plus favorable.


  1. Loi n°02/L-31, Journal Officiel n°11, 1er avril 2007.
  2. Nouvel article 4A.4.1 du projet de loi d’amendement et de supplément à la loi n° 02/L-31 sur la liberté de religion
  3. The new Article 4 A.4.2
  4. Selon l’article 7.B.1 du projet de loi
  5. Nouvel article 7c du projet de loi
  6. ICMP, Missing Persons From Kosovo Conflict And Its Aftermath, Pristina 2017
  7. Carlotta Gall, New York Times, 21 mai 2016, https://www.nytimes.com/2016/05/22/world/europe/how-the-saudis-turned-kosovo-into-fertile-ground-for-isis.html
  8. Amra Zejneli Loxha, The Serbian Orthodox Church Will Keep Its Land in Pristina, Radio Slobodna Evropa, 14 novembre 2017, https://www.slobodnaevropa.org/a/spc-univerzitet-pristina/28853536.html
  9. Amra Zejneli Loxha, Džamija nije sporna ali jeste osmanska arhitektura, The Mosque is Not Disputable but Ottoman Architecture, Radio Slobodna Evropa, 25 juillet 2017, https://www.slobodnaevropa.org/a/pristina-izgradnja-centralne-dzamije/28637351.html
  10. Die Morina, Call For Campus Mosque Cause Storm In Kosovo, Balkan Insight, 29 décembre  2017, http://www.balkaninsight.com/en/article/a-mosque-contraction-proposal-by-capitals-deputy-mayor-sparks-reactions-in-kosovo-12-28-2017
  11. BETA AGENCY, Tači u Vatikanu traži podršku za nezavisnost Kosova, Taci in Vatican Asks Support for Kosovo Recognition, N1, 28 septembre 2017 http://rs.n1info.com/a331262/Vesti/Vesti/Taci-u-Vatikanu-zatrazio-podrsku-nezavisnosti-Kosova.html
  12. RTS Tanjug, Preteći graffiti na nekoliko objekata u Gnjilanu, Several Buildings Vandalized With Graffiti, RTS, 15 février 2017 http://www.rts.rs/page/stories/sr/story/135/hronika/2631861/preteci-grafiti-na-nekoliko-objekata-u-gnjilanu.html
  13. Kosovo: Imam džamije u Kačaniku razrešen dužnosti, Kačanik Mosque Imam Fired, Radio Slobodna Evropa, June 28, 2017, https://www.slobodnaevropa.org/a/28581744.html
  14. Labinot Leposhtica, Kosovo Imam Denies Inciting Terror in Sermons, Balkan Insight, 22 janvier 2018, http://www.balkaninsight.com/en/article/pristina-s-imam-pleaded-not-guilty-for-inciting-his-followers-to-conflict-zone-01-22-2018