Corée du sud

Chiffres clés

Légende :

Chrétiens : 33.1%

Bouddhistes : 24.9%

Animistes : 15.1%

Adeptes des nouvelles religions : 14.1%

Confucianistes : 10.8%

: %

Superficie : 100284 m2

Population : 50504000 habitants

Présentation

La République de Corée (Corée du Sud) contraste nettement avec la Corée du Nord sur le plan de la protection des libertés politiques démocratiques et de la liberté de religion ou de conviction. La Constitution garantit la liberté de conscience et la liberté de religion et ne reconnaît aucune religion d’État. Les organisations religieuses et les religieux étrangers ne sont pas tenus de s’enregistrer et gardent leur pleine autonomie. Il y a une séparation claire entre « Église » et « État », et les seules fêtes religieuses sont Noël et l’anniversaire de Bouddha.

On ne rapporte pas d’incident causant un préjudice direct à la liberté de religion ou de conviction. Toutefois, selon le Rapport sur la liberté religieuse dans le monde du Département d’État, la Corée du Sud maintient une politique de service militaire national obligatoire qui ne respecte pas le principe d’objection de conscience. Même si la liberté religieuse n’est pas généralement entravée en Corée du Sud, environ 600 objecteurs de conscience sont actuellement en prison dans le pays pour avoir refusé d’accomplir le service militaire. Parmi ceux-ci, certains sont motivés par leurs convictions religieuses, y compris une centaine de Témoins de Jéhovah.1

La Corée du Sud est un pays de grande diversité religieuse, où l’Église catholique représente environ 11 % de la population et joue un rôle actif dans la société. En 2014, le pape François a visité le pays et a béatifié 124 martyrs catholiques coréens victimes de persécution religieuse au XIXe siècle. Ce pays, qui a été autrefois le théâtre d’horribles persécutions et de guerre, est devenu un phare de liberté et de démocratie en Asie.

Incidents

Selon Watchtower International, une organisation non gouvernementale (ONG) affiliée aux Témoins de Jéhovah, 495 Témoins de Jéhovah étaient en prison pour objection de conscience au service militaire en août 2016. Encore 367 Témoins de Jéhovah étaient en procès et 41 faisaient l’objet d’une enquête, révélant une augmentation du nombre total de cas par rapport à l’année précédente. Selon le Rapport sur la liberté religieuse du département d’État américain, deux autres tribunaux de district et une Cour d’appel ont statué en faveur de la reconnaissance des droits des objecteurs de conscience. Les deux tribunaux de district ont également adressé une pétition à la Cour constitutionnelle pour examiner la constitutionnalité de la loi réglementant l’objection de conscience.2

En mai 2018, un tribunal de district d’Incheon a acquitté un Témoin de Jéhovah et retenu son droit à l’objection de conscience, jugeant que la liberté de conscience était un droit fondamental lié à la valeur de la dignité humaine telle qu’elle est protégée par la Constitution. Pour le juge Lee Dong-gi, « l’accusé  et les objecteurs de conscience qui invoquent des croyances religieuses cherchent à effectuer des services alternatifs non-combattants, lesquels sont plus difficiles et plus longs que le service militaire ». Pour cette raison, « la violation de la loi et de l’ordre n’a pas la même portée, dans son cas que dans celui des autres déserteurs ».3

À l’exception de la question des objecteurs de conscience au service militaire, il ne semble pas y avoir d’infraction ou de violation de la liberté de religieuse en Corée du Sud.

Perspectives pour la liberté religieuse

Compte tenu des protections constitutionnelles, de l’enracinement du système démocratique, et d’un bilan positif en ce qui concerne le respect du droit à la liberté religieuse ou de croyance, les perspectives pour la liberté religieuse en Corée du Sud sont très bonnes. En effet, parmi les pays d’Asie, la Corée du Sud reste un phare de la démocratie, des droits de l’homme et de la liberté religieuse dans la région.

 


  1. Rapport de 2014 sur la liberté religieuse dans le monde, http://www.state.gov/j/drl/rls/irf/religiousfreedom/index.htm#wrappe
  2. Ibid.
  3. “Court finds conscientious objector not guilty,” The Korea Herald, 7 mai 2018, http://www.koreaherald.com/view.php?ud=2018050700008