France

Chiffres clés

Légende :

Chrétiens : 64.7%

Agnostiques : 19.9%

Musulmans : 8.8%

Athées : 4.2%

Autres : 2.4%

Superficie : 551500 m2

Population : 64668000 habitants

Cadre juridique de la liberté religieuse

 

La Constitution française (promulguée le 4 octobre 1958) affirme que le pays est un État laïc : « Article 1 : la France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances ».1

La loi du 9 décembre 1905 sur la séparation de l’Église et de l’État est la pierre angulaire du principe français de laïcité. Son article premier dispose : « La République assure la liberté de conscience. Elle garantit le libre exercice des cultes sous les seules restrictions édictées ci-après dans l’intérêt de l’ordre public ». L’article 2 précise : « la République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte ».2

Avant cette loi, tous les bâtiments religieux avaient été nationalisés, mais mis à la disposition de leurs anciens propriétaires pour leurs besoins spirituels. Depuis 1905, l’État est responsable de leur entretien à ses frais. Malgré la séparation de l’Église et de l’État, le gouvernement peut fournir aux groupes religieux des garanties de prêt ou des biens loués à taux réduits, et les lieux de culte peuvent être exemptés de taxes foncières.3

Les écoles publiques sont laïques. Le gouvernement peut légalement subventionner les écoles privées qui appliquent le programme scolaire officiel et acceptent tous les enfants, indépendamment de leur appartenance religieuse. Elles sont connues sous le nom d’« écoles sous contrat ». Elles sont principalement catholiques.4

Loi sur les signes religieux ostentatoires

En mars 2004, le Parlement a adopté une loi qui interdit aux élèves des écoles publiques de porter des vêtements ou des insignes qui « manifestent ostensiblement une appartenance religieuse ».5

Le 30 janvier 2018, l’Assemblée nationale a adopté un nouveau code vestimentaire interdisant aux députés « le port de tout signe religieux ostensible, d’un uniforme, de logos ou messages commerciaux ou de slogans de nature politique ».6

Loi sur le voile intégral

Le 11 octobre 2010, Nicolas Sarkozy, alors président de la République, a promulgué la loi « interdisant la dissimulation du visage dans l’espace public ». Cette loi punit le port du niqab (qui ne montre que les yeux) ou de la burqa (qui voile tout le visage) d’une amende pouvant aller jusqu’à 150 euros.7

Loi sur le burkini

Au cours de l’été 2016, quelque 30 maires, la plupart conservateurs, ont interdit le costume de bain musulman connu sous le nom de « burkini » parce qu’ils le voyaient comme une menace pour l’ordre public. Cependant le Conseil d’État, la plus haute juridiction administrative française, a suspendu ou annulé la plupart de ces interdictions, au motif que l’ordre public n’était pas menacé.8

Loi antiterrorisme

Après le 1er novembre 2017, les législateurs français ont adopté une loi anti-terroriste destinée à remplacer la législation en vigueur pendant l’état d’urgence.

En vertu de la nouvelle loi, le préfet est toujours autorisé à ordonner des perquisitions administratives, mais seulement après avoir consulté un procureur et après validation de la décision par un juge.9) Le préfet est toujours autorisé à fermer les lieux de culte s’ils propagent – oralement ou sous forme de documents imprimés – des idées et des théories incitant les fidèles à la violence, la haine, la discrimination, le terrorisme, ou s’ils soutiennent le terrorisme.

Les assignations à résidence sont remplacées par des « mesures individuelles de surveillance ». La liberté de circulation est étendue du lieu de résidence à la commune et peut être étendue au département si le suspect accepte de porter un bracelet électronique.

Les contrôles des documents d’identité personnels sont possibles sans autorisation préalable d’une autorité judiciaire, à la frontière, près des gares et dans les gares, ou dans un rayon de 20 kilomètres autour des ports et des aéroports internationaux.10

Incidents

 

En 2016, le nombre d’incidents racistes, anti-musulmans et anti-juifs a diminué pour la première fois. Cependant, le nombre d’incidents anti-chrétiens a considérablement augmenté, selon le rapport annuel du Ministère de l’Intérieur. Cela est probablement dû au manque de protection des sites chrétiens par les forces de l’ordre pendant cette période, car le nombre d’incidents anti-chrétiens a diminué l’année suivante dans un contexte de renforcement de la surveillance par la police et l’armée.

Le nombre record d’incidents racistes, anti-sémites et anti-musulmans de 2015 (2034) a nettement diminué en 2016, le nombre d’incidents étant en baisse de 44,7%.11

En 2017, le nombre d’incidents impliquant le vandalisme des tombes chrétiennes et musulmanes et des lieux de culte a diminué. Cependant, les cas de vandalisme contre les sites juifs ont augmenté de 22 % par rapport à 2016, selon le Ministère de l’Intérieur.12

Les statistiques nationales de 2017 ont enregistré 950 incidents racistes, anti-sémites et anti-musulmans, soit une baisse de 16 % par rapport à l’année précédente.13

Le nombre d’incidents anti-musulmans (121) a considérablement diminué, de 34,5 %. Le nombre d’incidents racistes (518) a chuté de 14,8 %. Le nombre d’incidents antisémites (311) a diminué de 7,2 %. Toutefois, sur ces 311 incidents, le nombre d’actes de violence contre les juifs est passé à 97 en 2017, contre seulement 77 en 2016.13

Les sites chrétiens ont moins été la cible d’actes de vandalisme : 878 en 2017 contre 949 en 2016. Il en est de même pour les sites musulmans : 72 en 2017 contre 85 en 2016.13

Questions liées au terrorisme

Après trois attentats terroristes simultanés commis à Paris dans la nuit du 13 novembre 2015 – qui ont fait 130 morts et des centaines de blessés au théâtre du Bataclan14, au stade de France, et dans des restaurants et des bars – le gouvernement du président de l’époque, François Hollande, a décrété l’état d’urgence, prolongé à plusieurs reprises15 jusqu’au 1er novembre 2017.16

Selon les statistiques du Ministère de l’Intérieur, publiées le 1er février 2017, 4320 lieux de culte et bâtiments de communautés religieuses ont été, en 2016, sous la surveillance et la protection de patrouilles mobiles (non-statiques) et de forces armées, en application de la loi17 :

  • 2400 sur les 45 000 sites chrétiens (5 %)
  • 1000 sur les 2500 sites musulmans (44 %)
  • 820 synagogues, écoles et centres de la communauté juive (100 %).

Le jour de Pâques 2018, 70 000 forces de l’ordre ont été mobilisées pour la protection des lieux de culte chrétiens et juifs, selon un communiqué du Ministère.18

En 2017, vingt attentats terroristes ont été déjoués, selon Gérard Collomb, Ministre de l’Intérieur.19 Pendant l’état d’urgence, de novembre 2015 au 1er novembre 2017, trente-deux tentatives ont été déjouées, 4457 perquisitions administratives ont été effectuées aux domiciles de personnes ayant des relations avec des mouvements djihadistes, et 625 armes ont été découvertes. Pendant l’état d’urgence, 19 lieux de culte musulmans soupçonnés d’accueillir des prédicateurs diffusant des discours de haine ont été fermés.20

En ce qui concerne l’islam

Expulsion des prédicateurs controversés

De 2012 à 2015, le Ministère de l’Intérieur de l’époque a expulsé 40 religieux musulmans et 52 autres personnes, dont des religieux, en 2016-2017.21

En 2017, vingt ressortissants étrangers radicaux ont été expulsés du territoire français, selon le Ministre de l’Intérieur.22

L’imam El Hadi Doudi, un prédicateur salafiste controversé de 63 ans, a été expulsé vers l’Algérie suite à une longue procédure judiciaire.23 La demande d’expulsion d’El Hadi Doudi a été suspendue dans l’attente d’une décision de la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH), qui a finalement statué en faveur de son expulsion le 19 avril.24

El Hadi Doudi prêchait, entre autres, que les juifs sont « impurs, frères des singes et des porcs », que les femmes ne peuvent pas quitter leur foyer sans la permission de leur mari, et qu’un apostat doit recevoir la peine de mort.25

En mars, la France a expulsé Mohammed Tlaghi, un imam suppléant d’une mosquée de Torcy, une banlieue de l’est parisien, à cause de ses sermons radicaux.[xviii]

En ce qui concerne le judaïsme

Le 21 avril 2018, plus de 250 personnalités françaises ont signé une déclaration contre « le nouvel antisémitisme » qui se caractérise par des actes de violence perpétrés au nom de l’islam. Parmi eux se trouvaient l’ancien président Nicolas Sarkozy, trois anciens premiers ministres, des élus, des intellectuels, des artistes, des écrivains, etc.26

À la fin de janvier 2018, deux adolescents ont frappé un jeune juif de 8 ans qui portait une kippa dans la banlieue parisienne, au cours de ce que les procureurs français ont appelé une attaque antisémite.27

Le 10 janvier 2018, une jeune fille juive de 15 ans a eu le visage tailladé par un agresseur non identifié dans une rue de la banlieue de Sarcelles alors qu’elle rentrait de son école privée juive. Elle portait un uniforme scolaire, ce qui l’aurait identifiée comme étant juive.28

Le 9 janvier 2018, deux magasins casher de Créteil, une autre banlieue de Paris, ont été incendiés deux semaines après l’attaque de ces mêmes magasins par des individus qui avaient peint des croix gammée sur leurs façades. L’incident a eu lieu trois ans, jour pour jour, après l’attaque d’un supermarché juif par un tireur islamiste de nationalité française, Amedy Coulibaly, au cours de laquelle trois clients et un employé avaient été tués. Créteil compte quelque 23 000 juifs parmi ses 90 000 habitants, d’après le responsable de la communauté juive, Albert Elharrar. Il a ajouté que les milieux juifs pensaient que les magasins avaient été délibérément ciblés, au moment des commémorations des attaques de 2015. 7900 juifs français ont émigré en Israël l’année de l’attaque de l’hyper cacher, ce qui représente un record, beaucoup d’entre eux évoquant leurs craintes accrues de l’antisémitisme.29

Le 2 décembre 2016, un juif portant une kippa a été insulté puis pourchassé par un individu qui l’a frappé et l’a attaqué avec un couteau. La victime a été hospitalisée et a eu besoin d’une intervention chirurgicale au bras.30

En ce qui concerne le christianisme

Au cours des trois premiers mois de 2018, l’Observatoire de la christianophobie a enregistré 69 incidents anti-chrétiens en France, soit une augmentation de 12 % par rapport à la même période en 2017.31

Au cours des deux premières semaines du mois d’avril 2018, des tentatives d’incendie criminel ont eu lieu à l’église Saint Gervais, à Langon (Gironde), et à la cathédrale Saint-Omer. Un prêtre a été poignardé par des cambrioleurs dans son église, à Tassin-la-Demi-Lune (Rhône). Plusieurs églises ont été profanées dans le diocèse de Belley-Ars (Ain), Saint-Jean-Saint-Maurice-sur-Loire (Loire) et Saint-André-de-Valborgnes (Gard).32

Le 24 novembre 2017, un tribunal de Carcassonne a condamné une musulmane pour avoir vandalisé et profané l’église Sainte Marie Madeleine à Rennes-le-Château. Elle a été condamnée à une peine de deux ans de prison et à payer 17 718 euros de réparations. Le 23 avril 2017, elle était allée à l’église avec une hache pour casser le bénitier. Elle a ensuite décapité la célèbre statue d’Asmodée (le démon du livre de Tobie) placé sous le bénitier, lui a coupé le bras et a déposé un Coran sur le sol. Elle a également lacéré le bas-relief de l’autel et endommagé une statue de Marie-Madeleine.33

En octobre 2017, le Conseil d’État (plus haute juridiction administrative française) a donné à la ville de Ploërmel (Morbihan) six mois pour enlever la croix située au-dessus d’une statue de Jean-Paul II, sur une place publique, dans le but de se conformer à la loi de 1905 qui impose aux espaces publics d’être laïcs. La statue, qui comportait une croix sur son arche, avait été installée sur une place publique en octobre 2006. Un groupe de citoyens locaux a ensuite lancé une action en justice pour faire retirer la croix. Finalement, la statue a été déplacée de quelques mètres, dans un espace privé entièrement visible depuis l’espace public.

Le 26 juillet 2016, deux hommes âgés de 19 ans, à Saint-Étienne-du-Rouvray (Seine maritime), ont tranché la gorge du père Jacques Hamel, 85 ans, alors qu’il célébrait la messe du matin, et ont grièvement blessé un autre membre de la congrégation. Les deux assaillants, qui ont prétendu être des « soldats » de l’État islamique (Daech), ont été abattus par la police.34

Concernant d’autres questions

Aucune communauté sur la liste des sectes du gouvernement français n’a été condamnée pour infraction pénale en 2016-2017. Toutefois, le 7 décembre 2017, la Cour administrative d’appel de Paris a condamné la MIVILUDES35 (affaire n° 15PA02819) pour avoir nui à la réputation de l’association nationale des kinésithérapeutes fasciathérapeutes et du groupe Point d’Appui qui, jusqu’à 2012, fournissaient une formation en fasciathérapie à des ostéopathes et autres professionnels paramédicaux.

Non seulement la MIVILUDES, une agence gouvernementale qui surveille les groupes sectaires qui pourraient menacer l’ordre public ou contrevenir à la loi française, inclut la fasciathérapie dans sa brochure « Santé et dérives sectaires », mais elle la décrit aussi comme une technique médicale dangereuse.36)) La Cour a jugé que la MIVILUDES devait retirer cette référence de son rapport, payer aux demandeurs 1500 euros de dommages-intérêts, et publier la décision de la Cour sur son site Web et dans tous les autres médias dans lesquels elle avait mis en garde contre cette pratique.37

Les publications de la MIVILUDES, qui s’intéressent ostensiblement aux cultes dangereux, ont été critiquées à maintes reprises par des ONG de défense des droits de l’homme à l’ONU, au Conseil de l’Europe et à l’OSCE, pour avoir stigmatisé les groupes religieux non traditionnels et leurs membres.

A partir du 1er avril 2018, des centaines de membres chinois de l’Église du Dieu Tout-Puissant38 qui avaient fui la persécution dans leur pays ont été menacés d’être expulsés vers la Chine. La France avait rejeté 355 de leurs 442 demandes d’asile et délivré 158 ordres de quitter le territoire.39

 

Perspectives pour la liberté religieuse

 

Le principe de laïcité (séparation entre l’Église et l’État) consacré par la Constitution et la loi de 1905 en France est la pierre angulaire des relations entre l’État et la religion. Toutes les religions présentes sur le territoire français à cette époque ont progressivement intégré leurs pratiques religieuses dans ce cadre constitutionnel et juridique.

L’islam, qui a essentiellement été importé dans le pays par une immigration en provenance de ses anciennes colonies, et plus récemment de pays en guerre, suit progressivement le même chemin. Cependant, de nouvelles formes radicales d’islam sont entrées dans le pays à travers Internet, la propagande de l’État islamique (Daech) et les prédicateurs fondamentalistes. Leurs partisans défient ouvertement le caractère laïc de la France dans l’espace public et dans les tribunaux, par exemple au moyen des prières de rue, du port du voile dans les écoles et de la ségrégation entre les sexes dans les piscines. Il y a lieu de s’attendre à ce que cela ne change pas à court terme.

En outre, des centaines de jeunes radicaux ont quitté la France pour se battre aux côtés de l’État islamique en Syrie. D’autres ont commis des attentats terroristes en France et en Belgique, causant des centaines de victimes. Malgré les tentatives des idéologues extrémistes étrangers de fracturer la société française, les Français sont restés unis, indépendamment de leur religion ou leurs croyances, et ont condamné ces attaques meurtrières. Les statistiques du Ministère de l’Intérieur indiquent que le nombre d’incidents anti-musulmans a chuté en 2016 et 2017.

 


  1. Constitution française de 1958, amendée en 2008 : Conseil Constitutionnel, https://www.conseil-constitutionnel.fr/le-bloc-de-constitutionnalite/texte-integral-de-la-constitution-du-4-octobre-1958-en-vigueur
  2. “Loi du 9 décembre 1905 concernant la séparation de l’Église et de l’État”, Centre national de la recherche scientifique, http://www2.cnrs.fr/sites/thema/fichier/loi1905textes.pdf
  3. Bureau of Democracy, Human Rights and Labor, “2016 Report on International Religious Freedom – France”, US Department of State, 2016, https://www.state.gov/j/drl/rls/irf/2016/eur/268814.htm
  4. Eurydice, EACEA National Policies Platform, European Commission, https://eacea.ec.europa.eu/national-policies/eurydice/content/organisation-private-education-27_en
  5. “LOI n° 2004-228 du 15 mars 2004 encadrant, en application du principe de laïcité, le port de signes ou de tenues manifestant une appartenance religieuse dans les écoles, collèges et lycées publics ”, Legifrance, https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000417977&dateTexte=&categorieLien=id
  6. T. Heneghan, The Tablet, 30 janvier 2018, http://www.thetablet.co.uk/news/8477/french-parliament-bans-conspicuous-religious-signs-
  7. “LOI n° 2010-1192 du 11 octobre 2010 interdisant la dissimulation du visage dans l’espace public ”, Legifrance, https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000022911670&categorieLien=id
  8. Le Monde, “Les arrêtés anti-burkini invalidés les uns après les autres”, Le Monde, 31 août 2016,  https://lemde.fr/2cfA7uP
  9. Conseil Juridique en ligne, 2017, http://www.consultation-juridique-en-ligne.org/nouvelle-loi-anti-terroriste-faut-il-sinquieter/
  10. Assemblée Nationale, “Texte Adopte n. 25, ‘petite loi’”, Assemblée Nationale, 11 octobre 2017 http://www2.assemblee-nationale.fr/documents/notice/15/ta/ta0025/(index)/ta
  11. FranceInfo, 1er février 2017, https://www.francetvinfo.fr/societe/religion/en-2016-les-actes-racistes-antisemites-et-antimusulmans-ont-baisse-en-france-mais-pas-les-actes-antichretiens_2044983.html ;  et T. Todd, France 24, 1er février 2017, http://www.france24.com/en/20170201-number-racist-incidents-france-plummets
  12. C. Platiau, RFI, 1er février 2018, http://www.rfi.fr/france/20180201-baisse-actes-racistes-antisemites-antimusulmans-france-2017
  13. Ibid.
  14. BBC “Paris attacks: What happened on the night”, British Broadcasting Corporation, 9 décembre 2015, http://www.bbc.com/news/world-europe-34818994
  15. R. Zaretsky, Foreign Policy, 16 juillet 2016, http://foreignpolicy.com/2016/07/16/frances-perpetual-state-of-emergency/
  16. Deutsche Welle, 1er novembre 2017, http://www.dw.com/en/macron-anti-terror-law-replaces-french-state-of-emergency/a-41191947
  17. Le Roux, Bruno, Ministère de l’Intérieur, 3 février 2017, https://www.interieur.gouv.fr/Archives/Archives-ministre-de-l-interieur/Archives-Bruno-Le-Roux-decembre-2016-mars-2017/Interventions-du-ministre/Bilan-statistique-2016-des-actes-racistes-antisemites-antimusulmans-et-antichretiens
  18. Ministère de l’Intérieur, 30 mars 2018, https://www.interieur.gouv.fr/Actualites/Communiques/Mobilisation-des-forces-de-securite-et-mesures-de-vigilance-a-l-occasion-des-fetes-de-Paques
  19. Redaction Europ1.fr, Europe 1, 8 janvier 2018, http://www.europe1.fr/politique/vingt-attentats-dejoues-en-2017-annonce-gerard-collomb-3540677
  20. A. Paulet, Le Figaro, 31 octobre 2017, http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2017/10/31/01016-20171031ARTFIG00125-32-attentats-dejoues-4457-perquisitions-625-armes-saisies-le-bilan-de-l-etat-d-urgence.php
  21. A. Nossiter, “Too Radical for France, a Muslim Clergyman Faces Deportation”, The New York Times, 5 avril 2018, https://nyti.ms/2JPqqR0
  22. France 24, France24, 19 avril 2018 http://www.france24.com/en/20180420-france-expels-controversial-salafist-preacher-algeria
  23. France 24, France24, 19 avril 2018. http://www.france24.com/en/20180420-france-expels-controversial-salafist-preacher-algeria
  24. Registrar of the Court, “Press Release: The Court does not oppose the expulsion to Algeria of the Salafist imam D.”, European Court of Human Rights. 20 avril 2018. https://hudoc.echr.coe.int/app/conversion/pdf?library=ECHR&id=003-6066841-7809453&filename=D.%20v.%20France%20-%20lifting%20of%20the%20interim%20measure.pdf
  25. Nossiter, Adam “Too Radical for France, a Muslim Clergyman Faces Deportation”, The New York Times, 5 avril 2018. https://www.nytimes.com/2018/04/05/world/europe/france-extremism-doudi.html
  26. France24, 20 avril 2018, http://www.france24.com/en/20180420-france-expels-controversial-salafist-preacher-algeria ; France 24, 22 avril 2018, http://www.france24.com/en/20180422-france-politicians-celebrities-condemn-new-anti-semitism

    Le 23 mars 2018, une femme de 85 ans de confession juive, Mireille Knoll, a été tuée dans son appartement de Paris. Son corps a été poignardé 11 fois et brûlé. L’affaire a été traitée par les procureurs français comme une attaque antisémite. En 1942, elle avait échappé à la fameuse rafle du Vel d’Hiv, qui avait rassemblé environ 13 000 juifs à Paris, envoyés ensuite vers les camps de la mort nazis. Deux hommes, âgés de 22 et 29 ans, ont été arrêtés et fait l’objet d’une enquête pour meurtre.((BBC “Paris murder of woman, 85, investigated as ‘anti-Semitic’“, France24, 20 avril 2018, http://www.france24.com/en/20180420-france-expels-controversial-salafist-preacher-algeria ; France 24, 22 avril 2018, http://www.france24.com/en/20180422-france-politicians-celebrities-condemn-new-anti-semitismBritish Broadcasting Corporation, 27 mars 2018, http://www.bbc.com/news/world-europe-43544721

  27. Jewish Telegraph Agency, 31 janvier 2018, https://www.jta.org/2018/01/31/news-opinion/world/jewish-boy-8-beaten-in-paris-suburb-in-anti-semitic
  28. Jewish Telegraph Agency, 12 janvier 2018, https://www.jta.org/2018/01/12/news-opinion/world/girls-face-cut-near-paris-in-suspected-anti-semitic-assault
  29. France24, 1er janvier 2018, www.france24.com/en/20180109-french-kosher-shop-burns-down-attack-anniversary-shooting-anti-semitism
  30. Jewish Community Security Service, “2016 Report on Antisemitism in France”, Jewish Community Security Service, 2016 https://www.antisemitisme.fr/dl/2016-EN.pdf
  31. Hamiche, Daniel, L’Observatoire de la Christianophobie, 6 avril 2018, https://www.christianophobie.fr/cartes-des-evenements/2018/christianophobie-france-21-nouveaux-cas-mars
  32. Ibid
  33. Ladepeche.fr, 25 novembre 2018, https://www.ladepeche.fr/article/2017/11/25/2691793-sursis-mise-epreuve-decapitation-diable.html#xtor=EPR-1
  34. Jacques Hamel, “le prêtre assassiné dans son église, un homme très chaleureux apprécié de la population », France 24, 26 juillet 2016,www.france24.com/fr/20160726-jacques-hamel-pretre-egorge-rouen-etait-homme-present-terrorisme-jihadistes
  35. Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre la dérive sectaire.
  36. ((République Française, La Cour administrative d’appel de Paris, “N. 15PA02819”, Coordiap, 7 décembre 2017 http://www.coordiap.com/171227%20Jugement%20Fasciatherapie%20Miviludes.pdf
  37. Coordination des Associations & Particuliers pour la Liberté de Conscience, http://www.coordiap.com/press3060-Fasciatherapie-La-Miviludes-perd-la-face.htm ; Fasciafrance.fr, 9 décembre 2017, http://fasciafrance.fr/miviludes-condamnee-fasciatherapie-rehabilitee/
  38. CESNUR, “The Journal of Cesnur”, Volume 2, Issue 1, January – February 2018, CESNUR, http://cesnur.net/wp-content/uploads/2018/02/tjoc_2_1_full_issue.pdf
  39. Fautre, Willy, Human Rights Without Frontiers, 2018, http://hrwf.eu/wp-content/uploads/2018/03/The-Church-of-Almighty-God-Persecution-in-China-Refugee-Problems-Abroad-.pdf