Islande

Chiffres clés

Légende :

Chrétiens : 93.5%

Agnostiques : 4.3%

Autres : 2.2%

Superficie : 103000 m2

Population : 332000 habitants

Le cadre juridique de la liberté religieuse et son application effective

La Constitution reconnaît l’Église évangélique luthérienne comme Église nationale et lui accorde le soutien et la protection de l’État1. Elle garantit le droit de former des associations religieuses et de pratiquer sa religion, sous réserve de respecter les bonnes mœurs et l’ordre public »2.

La Constitution prévoit également l’égalité de tous les individus devant la loi, indépendamment de leur religion3, et dispose : « nul ne peut perdre de ses droits civils ou nationaux en raison de sa religion, ni refuser d’exécuter une obligation civile générale pour des motifs religieux »4.

Les groupes religieux et les organisations humanitaires laïques doivent déposer leur demande d’enregistrement auprès d’un bureau du commissaire de district pour la reconnaissance et l’enregistrement, et un panel de quatre membres examinera leur demande. Les groupes religieux enregistrés et les organisations humanitaires laïques reçoivent des subventions de l’État en fonction de leur nombre d’adhérents5.

Toute personne âgée de 16 ans et plus doit payer un « impôt cultuel » à l’organisation dont elle est membre6. Si l’individu n’est affilié à aucun groupe, son impôt sera versé à l’Université d’Islande7.

L’instruction religieuse chrétienne, éthique et théologique, reposant sur « l’héritage chrétien de la culture islandaise, l’égalité, la responsabilité, la sollicitude, la tolérance et le respect de la valeur humaine » est obligatoire dans les écoles publiques et privées. Les parents peuvent demander une dispense pour leurs enfants en présentant une demande écrite8.

En ce qui concerne les discours de haine, le code pénal interdit de se moquer en public, de diffamer, de dénigrer ou de menacer par des commentaires ou d’autres expressions (comme des images ou des symboles) une personne ou un groupe en raison de sa religion9.

Incidents

En février 2018, des députés, soutenus par plus de 400 médecins, ont proposé une loi interdisant la circoncision des garçons pour des raisons non médicales. Le projet de loi considère ce procédé comme une violation des droits de l’enfant et établit un parallèle avec les mutilations génitales féminines, qui sont proscrites.

Les responsables religieux juifs et musulmans ont qualifié cette législation d’atteinte à la liberté religieuse. Le Président du Congrès juif européen a déclaré : « Nous ne pouvons que supposer que cette tentative d’interdire une pratique fondamentale des communautés juives vient de l’ignorance de la pratique (…) plutôt que de l’intention d’envoyer le message que les juifs ne sont plus les bienvenus en Islande ». L’imam du centre culturel islamique d’Islande a qualifié le procédé de « profondément enraciné dans les traditions culturelles et religieuses ». L’évêque de l’Église nationale d’Islande a déclaré que l’interdiction « criminaliserait » le judaïsme et l’islam en Islande et qu’une telle mesure devrait être évitée10.

La base de données sur les crimes de haine rapporte deux crimes motivés par un préjugé anti-musulman – d’une part une agression physique, et d’autre part, l’attaque d’un lieu de culte11.

Une statue a été détruite devant une église en novembre 201612. En janvier 2017, quatre églises du nord de l’Islande ont été vandalisées avec des slogans anti-religieux13.

Perspectives pour la liberté religieuse

Au cours de la période faisant l’objet du présent rapport (…), il n’y a eu aucun autre incident ou évolution négative en ce qui concerne la liberté religieuse en Islande. Si le projet de loi criminalisant la circoncision des garçons est adopté, il pourra avoir un impact négatif sur la liberté religieuse des musulmans et des juifs en Islande.

 


  1. Iceland’s Constitution of 1944 with Amendments through 2013, Article 62, constituteproject.org, https://www.constituteproject.org/constitution/Iceland_2013.pdf?lang=en
  2. Ibid, Article 63.
  3. Ibid, Article 65.
  4. Ibid, Article 64.
  5. Bureau of Democracy, Human Rights and Labor, ‘Iceland’, International Religious Freedom Report for 2016, U.S. State Department, https://www.state.gov/j/drl/rls/irf/religiousfreedom/index.htm#wrapper
  6. Ibid.
  7. Iceland’s Constitution of 1944 with Amendments through 2013, Article 64.
  8. Bureau of Democracy, Human Rights and Labor, op. cit.
  9. General Penal Code of Iceland of 190, amended 2015), Article 233a, http://www.parliament.am/library/Qreakan/islandia.pdf
  10. H. Sherwood, The Guardian, 18 février 2018, https://www.theguardian.com/society/2018/feb/18/iceland-ban-male-circumcision-first-european-country ; Associated Press, New York Daily News, 25 février 2018, http://www.nydailynews.com/newswires/news/world/opposition-erupts-iceland-eyes-banning-circumcisions-article-1.3840903 ; J. Ćirić, Iceland Review, 19 février 2018, http://icelandreview.com/news/2018/02/19/bill-proposes-banning-circumcision
  11. Office for Democratic Institutions and Human Rights, 2016 Hate Crime Reporting – Iceland, Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe, http://hatecrime.osce.org/iceland
  12. Office for Democratic Institutions and Human Rights, op. cit.
  13. Iceland Monitor, 4 janvier 2017, https://icelandmonitor.mbl.is/news/news/2017/01/04/graffiti_philosophers_vandalise_north_iceland_churc/