Jamaique

Chiffres clés

Légende :

Chrétiens : 84.5%

Spirites : 10.1%

Agnostiques : 4.1%

Autres : 1.3%

Superficie : 10990 m2

Population : 2803000 habitants

Le cadre juridique de la liberté religieuse et son application effective

La Constitution établit à l’article 13((Jamaica’s Constitution of 1962 with Amendments through 2015, constituteproject.org, https://www.constituteproject.org/constitution/Jamaica_2015.pdf?lang=en))que l’État a l’obligation de promouvoir le respect universel des droits de l’homme et des libertés individuelles, auxquels chacun a droit en sa qualité de personne humaine.

Cet article 13 reconnaît également la liberté de pensée, de conscience, de croyance et de suivre des doctrines politiques, le droit d’association et l’égalité devant la loi, ainsi que le droit de ne pas être discriminé à cause de sa religion.

À l’article 17, la Constitution consacre le droit à la liberté religieuse, qui comprend le droit de changer de religion et de manifester sa croyance, seul ou à plusieurs, tant en public qu’en privé, par le culte, l’enseignement, la pratique et l’observance de rites.

Cet article de la Constitution dispose qu’une organisation religieuse ne peut être modifiée sans le consentement de l’autorité de tutelle de cette organisation.

Il indique également que toute organisation religieuse a le droit de fournir une instruction religieuse à ses membres, qu’elle soit ou non financée par des fonds publics.

L’article dispose également qu’aucune personne qui fréquente un lieu d’enseignement n’est tenue de recevoir une instruction religieuse ou d’assister à une cérémonie autre que de sa propre religion, sauf consentement express de sa part (ou de ses représentants légaux dans le cas de mineurs).

Conformément à l’article 14 de la Constitution, tout détenu a le droit de communiquer avec un conseiller religieux et de recevoir sa visite.

Différentes autorités sont tenues de prêter serment avant de prendre fonctions. Le serment se termine par la phrase : « Avec l’aide de Dieu ».

Incidents

En septembre 2017, l’église Saint-Pierre-et-Saint-Paul, à Kingston, a été incendiée. Moins d’un an plus tard, l’église a de nouveau été attaquée((Warren Bertram, The Star, 18 janvier 2018, http://jamaica-star.com/article/news/20180118/church-put-backbench-psychiatrist-says-society-detached-house-god)).

En septembre 2017, un agent de police attaché au commissariat de Mandeville, Manchester, a prétendu être victime de discrimination lorsque son pistolet de service lui a été retiré parce qu’il a été vu en train de lire le Coran. Apparemment, une évaluation psychiatrique aurait été demandée afin de déterminer s’il s’était radicalisé((Akino Ming, The Sun, 12 septembre 2017, http://jamaica-star.com/article/news/20170912/cop-claims-gun-taken-away-over-religion-%E2%80%94-muslim-lawman-says-he-being)).

Perspectives pour la liberté religieuse

Au cours de la période allant de juin 2016 à mars 2018, des actes de vandalisme ont été signalés contre des lieux de culte. Des manifestations d’intolérance policière ou de discrimination ont également été signalées à l’encontre d’un agent parce qu’il lisait le Coran. Il y a eu un autre incident au cours duquel quelqu’un a ouvert le feu contre des personnes qui assistaient à un enterrement, mais il n’apparaît pas clairement si le motif de l’attaque était religieux. Comme aucun épisode d’intolérance n’avait été signalé pendant la période 2014-2016, il semblerait que la période faisant l’objet du présent rapport ait connu un déclin de la liberté religieuse, mais il n’y a aucune raison de croire qu’une tendance négative se soit établie.