Lettonie

Chiffres clés

Légende :

Chrétiens : 77.3%

Agnostiques : 18.5%

Athées : 3.5%

Autres : 0.7%

Superficie : 64573 m2

Population : 1956000 habitants

Cadre juridique de la liberté religieuse et son application effective

L’article 99 de la Constitution lettone dispose : « Chacun a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion. L’Église est séparée de l’État ».1 Des limites sont posées à l’encontre de tout acte menaçant la sécurité publique, le bien-être, la morale et les droits d’autrui. Huit groupes religieux – luthériens, catholiques, chrétiens orthodoxes, vieux-croyants, baptistes, méthodistes, adventistes du Septième Jour et juifs – bénéficient de certains privilèges particuliers. Ceux-ci incluent le droit de proposer une instruction religieuse dans les écoles publiques et de célébrer les mariages sans mariage civil préalable. Le Conseil ecclésiastique de Lettonie, un organe consultatif présidé par le Premier ministre, se réunit périodiquement pour discuter des questions religieuses et conseiller le gouvernement. Les recommandations formulées par le Conseil ne sont pas juridiquement contraignantes. Seuls les huit groupes susmentionnés y sont représentés.2

La Loi de 1995 sur les Organisations religieuses régit l’enregistrement de celles-ci.3 Les groupes religieux ne sont pas tenus par la loi de se faire enregistrer, mais cela leur procure certains droits et privilèges. Obtenir le statut de personne morale permet d’être propriétaire, d’effectuer des transactions financières et d’octroyer des avantages fiscaux aux donateurs. Les groupes religieux enregistrés sont autorisés à mener des activités religieuses dans les hôpitaux, les prisons et les unités militaires. Avec l’accord des autorités locales, ils peuvent donc célébrer des services religieux dans des lieux publics tels que des parcs et places. Si un groupe non inscrit organise l’une de ces activités, il est soumis à une amende. Pour se faire enregistrer, un groupe religieux doit avoir au moins 20 membres âgés de plus de 18 ans inscrits au registre de l’état civil. Si l’enregistrement d’un groupe religieux constitue une menace pour les droits de l’homme, la démocratie ou la sécurité publique, le Ministère de la Justice a le droit de rejeter sa demande. Pendant les dix premières années, les groupes religieux doivent se réinscrire annuellement 4. Cette exigence a été critiquée par les représentants de certains groupes religieux comme étant coûteuse, surtout pour les groupes présents dans le pays depuis de nombreuses années sans avoir été enregistrés. Les missionnaires étrangers ne peuvent obtenir un permis de séjour, tenir des réunions ou faire du prosélytisme que s’ils sont invités par des groupes religieux nationaux enregistrés.

En Lettonie, la loi permet l’abattage halal et casher.

En 2016, le Parlement letton a adopté une loi interdisant le voile islamique intégral. Des sources gouvernementales ont justifié la décision comme une mesure préventive visant les futurs migrants, bien que presque personne ne porte de voile intégral en Lettonie.5

Incidents

Aucun incident anti-sémite ou anti-musulman n’a été signalé au médiateur ou au Ministère de la Justice. Les dirigeants de la communauté juive et de la communauté musulmane ont toutefois cité des cas de discours de haine en ligne, la plupart du temps des commentaires sur les réseaux. Pour le Centre culturel islamique de Lettonie, l’islamophobie est un problème principalement dû à un large sentiment anti-immigré. Les membres de la communauté musulmane elle-même, pour la plupart des Lettons convertis, n’ont pas rencontré de problèmes de discrimination.6

Selon Russia Today, les autorités lettones ont parfois manifesté de l’indulgence envers la svastika, un symbole nazi très offensant envers ses victimes. A Noël 2017, une énorme croix gammée a ainsi été déployée comme décoration de Noël sur le front d’une maison à Saldus, en Lettonie occidentale. 7

En 2016, la direction du Centre culturel islamique de Lettonie a critiqué le retard de l’ouverture d’un nouveau centre de prière, le qualifiant de discriminatoire et injustifié. Le Conseil de Construction de la ville de Riga a justifié que cela était dû à une non-conformité aux exigences de sécurité et d’incendie. La question est restée en suspens de février 2016 jusqu’à la fin de l’année.6 Sur son site officiel, le Centre culturel islamique de Lettonie indique que le nouveau bâtiment est maintenant utilisé.8)

La même année, la police de sécurité lettone a signalé que la tendance à la radicalisation parmi certains musulmans dans le reste de l’Europe n’avait pas épargné la communauté musulmane de Lettonie.9 Ces dernières années, les autorités ont identifié davantage de personnes ayant des tendances extrémistes, y compris des personnes ayant exprimé leur intention de rejoindre le groupe terroriste État islamique (Daech). Selon la police, la société lettone reste néanmoins très en-deçà des autres pays de l’UE, avec quelques petits groupes radicalisés.

Un représentant du Centre culturel islamique de Lettonie a déclaré qu’un « sentiment d’aliénation » pouvait être une raison pour laquelle certains musulmans lettons étaient partis rejoindre l’État islamique en Syrie. Selon la police de sécurité, moins de 10 Lettons se sont enrôlés dans le groupe terroriste en 2016. Il n’y a pas eu de mise à jour officielle depuis lors. À Riga, les fidèles d’une mosquée locale ont déclaré aux médias que la radicalisation était fortement découragée.((Bureau of Democracy, Human Rights, and Labor, op. cit.)

Perspectives pour la liberté religieuse

Comme ailleurs en Europe, il y a une tendance inquiétante à la radicalisation parmi certains musulmans lettons. Elle fait l’objet d’une étroite surveillance de la police et est fortement déconseillée par les autorités religieuses musulmanes. Pour l’instant, la situation générale reste stable pour les différentes communautés religieuses de Lettonie.

 


 

  1. Latvia’s Constitution of 1922, Reinstated in 1991, with Amendments through 2016, constituteproject.org, https://www.constituteproject.org/constitution/Latvia_2016.pdf?lang=en. En français : Digithèque de matériaux juridiques et politiques, http://mjp.univ-perp.fr/constit/lv1922.htm
  2. Bureau of Democracy, Human Rights and Labor, ‘Latvia’, International Religious Freedom Report for 2016, U.S. State Department, https://www.state.gov/j/drl/rls/irf/religiousfreedom/index.htm#wrapper
  3. Laws on Religious Organizations, Università degli Studi Roma Tre, http://host.uniroma3.it/progetti/cedir/cedir/Lex-doc/Let_L_1995.pdf
  4. Article 8.4, ibid.
  5. Rachael Pells, The Independent, 26 avril 2016, https://www.independent.co.uk/news/islamic-muslim-face-veil-niqab-burqa-banned-latvia-despite-being-worn-by-just-three-women-entire-a6993991.html
  6. Bureau of Democracy, Human Rights, and Labor, op. cit.
  7. ‘Latvian man lights up swastika Christmas ornament, authorities say it’s a folk symbol’, Russia Today, 17 décembre 2018, https://www.rt.com/news/413433-latvian-display-not-swastika/
  8. Homepage, Islamic Cultural Centre in Latvia, http://www.likc.lv/en/?page_id=1317 (Site clos en avril 2018
  9. ‘Latvia’s Muslim community affected by radicalisation’, The Baltic Times, 14 mars 2016, https://www.baltictimes.com/latvia_s_muslim_community_affected_by_radicalisation/