Libéria

Chiffres clés

Légende :

Chrétiens : 41.6%

Animistes : 40.5%

Musulmans : 16%

Agnostiques : 1.6%

Autres : 0.3%

Superficie : 111369 m2

Population : 4615000 habitants

Cadre juridique de la liberté religieuse et son application effective

La séparation entre l’Église et l’État ainsi que la liberté religieuse sont consacrées par la Constitution libérienne.1

La loi libérienne n’oblige pas les communautés religieuses à se faire enregistrer par l’État. 2 Toutefois, l’enregistrement est requis dans la plupart des cas, car les organisations bénéficient alors d’exonérations fiscales et d’une dispense de taxes à l’importation. Cela permet en outre aux écoles privées, dont beaucoup sont gérées par des organisations ecclésiastiques ou islamiques, de recevoir un soutien financier de l’État. 3

Contrairement à d’autres pays de la région, l’islam n’est pas dominant au Libéria, un État fondé par le rapatriement d’anciens esclaves américains. Une proportion importante de la population est chrétienne 4, les fidèles des différentes religions suivent souvent les rites et coutumes les uns des autres. La tolérance religieuse est très répandue dans la société dans son ensemble. Il existe deux grandes organisations religieuses cadre : le Conseil des Églises (protestant) du Libéria et le Conseil national musulman du Libéria.5

Au cours de la période faisant l’objet du présent rapport (2016-2018), le Libéria (de même que la Guinée et la Sierra Leone) s’est remis d’une grave épidémie d’Ebola qui, au moment où elle s’est officiellement déclarée, en mai 2015, avait déjà coûté la vie à plus de 4800 personnes.3L’impact de l’épidémie a été énorme : le Libéria est retombé en récession, l’insuffisance du système de santé s’est encore accrue, et la pauvreté et la faim sont restées aiguës. Tous ces problèmes ont été aggravés par une infrastructure encore ébranlée par la guerre civile (1989-2003).3

L’épidémie d’Ebola a affecté la pratique et la culture religieuses. La propagation rapide du virus et le risque extrême d’infection ont empêché beaucoup de personnes d’enterrer leurs morts selon les coutumes chrétiennes ou musulmanes. 3

Incidents

Il n’y a pas eu d’amendements constitutionnels ni d’incidents graves ayant trait à la liberté religieuse au Libéria pendant la période faisant l’objet du présent rapport.

Une initiative visant à inscrire dans la Constitution que le Libéria est une « nation chrétienne » a suscité un débat. Des critiques ont été formulées, entre autres, par l’ancienne présidente Ellen Johnson Sirleaf ainsi que par l’Église catholique, les baptistes, les luthériens et les groupes musulmans. Cependant, certains pasteurs protestants se sont exprimés en faveur de la proposition.3

Le statut du dimanche comme jour férié conduit fréquemment à des litiges entre chrétiens et musulmans, ces derniers dénonçant des privilèges injustes accordés aux chrétiens.3

Perspectives pour la liberté religieuse

Les conséquences de l’élection de l’ancien footballeur international George Weah comme président du pays restent à voir. George Weah est maintenant méthodiste. Né dans une famille chrétienne, il s’était converti à l’islam avant de revenir au christianisme. 6 Il est reconnu comme quelqu’un qui a travaillé dur. Il a commencé sa vie dans les bidonvilles avant de devenir une vedette du sport et d’obtenir un diplôme universitaire. George Weah a appelé les groupes religieux à promouvoir la coexistence pacifique. 7

 


 

 

  1. Bureau of Democracy, Human Rights and Labor, ‘Liberia’, International Religious Freedom Report for 2016, U.S. State Department, https://www.state.gov/j/drl/rls/irf/religiousfreedom/index.htm#wrapper
  2. Bureau of Democracy, Human Rights and Labor, op. cit.
  3. Ibid.
  4. Pour la part des différentes communautés religieuses dans la population totale, voir Grim, Brian et al. (eds): Yearbook of International Religious Demography 2017, Brill: Leiden/Boston, 2017; Munzinger Länder: Liberia’, Munzinger Archiv 2018, https://www.munzinger.de/search/start.jsp
  5. Munzinger Archiv 2018, op. cit.
  6. Michael Gregory, Die Tagespost, 24th January 2018, https://www.die-tagespost.de/politik/pl/Ein-Stuermer-als-Praesident;art315,185164, Vincent Hugueux, L’Express, 10th October 2017, https://www.lexpress.fr/actualite/monde/afrique/george-weah-au-liberia-personne-ne-peux-me-battre_1949547.html,
  7. ‘You quizzed George Weah’, BBC Sports Talk Forum, 18th September 2001, http://news.bbc.co.uk/sport2/hi/sports_talk/forum/1550731.stm,