Malte

Chiffres clés

Légende :

Chrétiens : 97.8%

Agnostiques : 1.7%

Autres : 0.5%

Superficie : 315 m2

Population : 420 habitants

Cadre juridique de la liberté religieuse et son application effective

L’article 2, paragraphe 1, de la Constitution de Malte dispose : « La religion de Malte est la religion catholique apostolique et romaine ».((Independence Constitution. Voir http://justiceservices.gov.mt/DownloadDocument.aspx?app=lom&itemid= 8566)) Cela n’indique pas que le catholicisme soit religion d’État. La Constitution, à l’article 40, paragraphe 1, consacre la liberté religieuse : « Toute personne, à Malte, jouira d’une totale liberté de conscience et du libre exercice de son mode de culte religieux ».((Ibid.)) Toute personne à Malte est donc libre de pratiquer la religion de son choix. Si la religion catholique romaine est inscrite dans la Constitution, c’est parce qu’à Malte la grande majorité de la population est de confession catholique.

En outre, il est également affirmé dans la Constitution que l’État est tenu de proposer l’enseignement de la foi catholique dans les écoles publiques, ce que confirment l’accord entre le Saint-Siège et l’État de Malte, signé le 16 novembre 1989, et les modes de réglementation de l’instruction et éducation religieuse catholique dans les écoles publiques.((José T. Martín de Agar, Raccolta di Concordati 1950-1999 (Città del Vaticano: Libreria Editrice Vaticana, 2000), 625-632.)) Un autre accord entre le Saint-Siège et Malte, signé le 28 novembre 1991, garantit l’existence d’écoles catholiques.((Op. cit., 633-641.))

D’autres Églises chrétiennes sont présentes depuis longtemps à Malte et la plupart d’entre elles ont leurs propres lieux de culte, où les fidèles peuvent librement y participer. En effet, suivant les normes du « Directoire pour l’application des principes et normes sur l’œcuménisme » (1993), l’Église catholique romaine majoritaire cherche à soutenir d’autres Églises et traditions chrétiennes, y compris en les aidant à obtenir des lieux de culte appropriés. Ceci est clairement indiqué dans le document de 1993 : « Les églises catholiques sont des bâtiments consacrés ou bénis qui ont une importance théologique et liturgique importante pour la communauté catholique. Elles sont donc en général réservées au culte catholique. Cependant, si des prêtres, des ministres du culte ou communautés qui ne sont pas en pleine communion avec l’Église catholique n’ont pas de lieu ou les objets liturgiques nécessaires pour célébrer dignement leurs cérémonies religieuses, l’évêque diocésain peut leur permettre d’utiliser une église ou un bâtiment catholique, et peut également leur prêter ce dont ils ont besoin pour leurs offices. Dans des circonstances similaires, la permission peut leur être accordée d’inhumer ou de célébrer des offices dans des cimetières catholiques ».((Pontifical Council for the Promotion of Christian Unity, Directory for the Application of Principles and Norms on Ecumenism (25 mars 1993), para.137))

Voici des exemples concrets :

La paroisse orthodoxe roumaine de la Nativité de Saint Jean-Baptiste, dirigée par le curé de la paroisse, le père Iftimia, a reçu la permission d’utiliser l’église catholique Saint Roque à La Valette. La communauté orthodoxe roumaine se réunit tous les dimanches pour la célébration de la divine liturgie dans ce qui était autrefois une église désaffectée, où le catéchisme était enseigné aux enfants. Le bâtiment avait un besoin urgent de réparations. Un bienfaiteur catholique romain a réagi avec générosité quand il a été témoin du sort de la communauté roumaine. En outre, un office œcuménique comprenait une quête pour l’église roumaine.(( https://en.wikipedia.org/wiki/St_Roque%27s_Church,_Valletta ; https://www. wikizero.com/en/St_Roque%27s_Church,_Valletta))

L’église catholique de Saint Nicolas à la Valette est partagée. En plus d’être un lieu de culte catholique, les fidèles orthodoxes de Serbie, de Russie et de Bulgarie utilisent le bâtiment pour la divine liturgie de Saint Jean Chrysostome. À cet égard, les orthodoxes de ces Églises bénéficient de la coopération et de l’assistance opportune des prêtres de la paroisse de rite gréco-catholique à la Valette. Ceci est un autre exemple de coopération fraternelle entre les Églises à Malte.((http://greekcatholicmalta.com/2016/01/fr-george-about-the-orthodox-churches-in-malta/)) Le 20 août 2017, le Times of Malta a rapporté que les fidèles russes voulaient construire leur propre église à Kappara. Cependant, les résidents locaux et des groupes écologistes ont manifesté leurs inquiétudes.((https://www.timesofmalta.com/articles/view/20170820/local/plans-for-maltas-first-russian-orthodox-church.656005))

Divers groupes orthodoxes coptes ont utilisé des églises ou chapelles catholiques à Zebbug et à La Valette. Les coptes égyptiens ont utilisé une chapelle de campagne dans la région de Zebbug pendant un certain nombre d’années. Ils ont récemment demandé qu’on leur offre un lieu de culte qui ne soit pas aussi éloigné que leur actuelle chapelle. En effet, beaucoup de fidèles devaient se déplacer à pied, y compris en cas de forte chaleur ou dans le froid de l’hiver.

Le 28 décembre 2014, le Sunday Times of Malta a relaté la situation des groupes coptes, dont des communautés éthiopiennes et érythréennes. L’article de Peter Newsham expose les relations de travail positives entre l’Église catholique et ces communautés à Malte.((https://www.timesofmalta.com/articles/view/20141228/life-features/An-island-of-Christian-sanctuary.549973)) Ces communautés chrétiennes ont célébré une de leurs plus grandes fêtes dans un lieu en plein air, où d’autres chrétiens ont été invités à participer.((https://www.tvm.com.mt/en/news/celebrazzjoni-mill-insethiopian-and-eritrean-christians-celebrate-in-vallettaara-etjopjani-u-eritrej-fil-belt/))

En mai 2017, la communauté copte orthodoxe éthiopienne a pris part au Forum sur l’état de l’Europe, qui s’est tenu à Malte et a été organisé par Sallux et par le Centre Robert Schuman (Pays-Bas). Leur implication a été appréciée par d’autres groupes chrétiens à Malte et au-delà.

Incidents

Malgré la situation positive précitée, Mgr Charles Jude Scicluna, archevêque de Malte, a été critiqué à plusieurs reprises au cours de l’année écoulée, en particulier sur les réseaux sociaux, pour ses points de vue sur les questions sociales, éthiques et environnementales. Parfois, quand l’archevêque participait à des talk-shows, on lui criait dessus. Certains blogueurs ont organisé une campagne contre lui. Ces incidents démontrent un degré d’intolérance envers l’archevêque, en réponse à sa présentation de la pensée de l’Église sur des questions de dignité humaine et d’autres domaines sensibles de nature socioéconomique et écologique.((http://www.independent.com.mt/articles/2018-04-11/blogs-opinions/Archbishop-Scicluna-should-mince-his-words-6736187903 ; http://www.independent.com.mt/articles/2018-04-03/local-news/Petition-calls-for-removal-of-Archbishop-Scicluna-on-false-premise-6736187375  https://www.maltatoday.com.mt/comment/blogs/85933/the_war_against__charles_j_scicluna#.WvhOjO-FPMw))

En juillet 2016, une loi de 1933 punissant le dénigrement de la religion catholique romaine a été abrogée. Les partisans de ces changements ont affirmé que « la loi ne permettrait pas aux gens d’inciter à la haine religieuse – notant que l’incitation à la haine fondée sur la religion, le sexe, la race, la sexualité, l’identité de genre ou la croyance politique était déjà illégale, selon une loi plus récente, et le resterait… Dans un pays démocratique, les gens devraient être libres de se moquer des religions, sans inciter à la haine ».((https://www.maltatoday.com.mt/news/national/67475/parliament_approves_bill_decriminalising_ porn_and_repealing_religious_vilification#.WvhQ1u-FPMw))

Les opposants à cet amendement ont déclaré que « la liberté d’expression ne devrait pas signifier que les gens sont libres d’insulter les choses qui me sont chères – c’est une logique diabolique ».((Ibid.)) Réagissant à la nouvelle législation, « Mgr Charles Scicluna a fait part de sa consternation. « Rabaisser Dieu et l’homme vont en effet de pair. C’est un triste jour pour Malte. Seigneur, pardonne-leur : ils ne savent pas ce qu’ils font ».((Ibid.))

Perspectives pour la liberté religieuse

La liberté religieuse est maintenue à Malte dans une large mesure. Les membres de toutes les religions ont le droit de pratiquer leur foi. L’Église catholique soutient d’autres Églises et traditions.

La réponse des médias aux déclarations de l’archevêque de Mata sur des questions d’importance sociale, éthique et morale fait clairement apparaître la nécessité d’une plus grande tolérance. Cela donne l’impression que chacun a droit à la liberté d’expression, sauf l’archevêque.