Monténegro

Chiffres clés

Légende :

Chrétiens : 77.8%

Musulmans : 17.7%

Autres : 18.5%

Superficie : 1200000 m2

Population : 233232323 habitants

Cadre juridique de la liberté religieuse et son application effective

L’article 46 de la Constitution garantit la liberté religieuse. Celle-ci n’est limitée que par la nécessité de protéger la vie et la santé d’autrui, la paix et l’ordre publics. L’article 14 consacre l’égalité des communautés religieuses, le libre exercice de leurs rites et leur séparation de l’État.

Les groupes religieux doivent s’inscrire auprès de la police locale dans les 15 jours suivant leur installation afin de recevoir le statut de personne morale. La police doit ensuite déposer le dossier d’enregistrement auprès du Ministère de l’Intérieur. Il est nécessaire d’avoir au moins deux membres pour s’inscrire.

Les communautés religieuses inscrites au Monténégro sont l’Église de l’Évangile du Christ, la Mission catholique à Tuzi, l’Église adventiste chrétienne, l’Église évangélique, l’Ordre des hospitaliers de Saint-Lazare de Jérusalem pour le Monténégro, la Mission franciscaine pour Malesija, la Communauté chrétienne biblique, la communauté des bahaïs, la Communauté monténégrine, l’Église adventiste chrétienne, la communauté bouddhiste, la communauté protestante, l’Église de Jésus-Christ des Saints des derniers jours (Mormons), les Témoins de Jéhovah et la communauté juive.1

Jusqu’à présent, des accords distincts ont été conclus entre le gouvernement du Monténégro et les communautés catholique, islamique et juive.2 Ces ententes ne remplacent pas l’exigence d’un enregistrement. Il n’existe pas d’accord similaire avec l’Église orthodoxe serbe ou l’Église orthodoxe monténégrine.

Bon nombre des jours fériés officiels du pays sont basés sur le calendrier liturgique orthodoxe. D’autres fêtes catholiques, musulmanes et juives sont également observées.

La loi de 19773 sur le statut juridique des communautés religieuses est toujours en vigueur au Monténégro. Cette loi remonte à l’époque où le Monténégro était l’une des républiques constitutives de l’ex-Yougoslavie. Une nouvelle loi sur la liberté de religion a été élaborée dans une société laïque, mais le projet n’a pas été finalisé. Celui-ci proposait que les églises et monastères construits avant 1918 deviennent propriété de l’État, et intègrent le patrimoine culturel du pays. Les communautés religieuses auraient également dû payer des impôts et « informer le gouvernement de façon confidentielle » avant de nommer leurs responsables officiels. En raison des 4501 remarques présentées par les communautés religieuses, le Ministère a retiré le projet pour examen ultérieur.

Annoncé pour fin 2017, un nouveau projet de loi n’a pas encore été présenté au public. Selon Mme Žana Filipović, directeur général pour les relations avec les communautés religieuses du Ministère des droits de l’homme et des minorités, un nouvel avant-projet est actuellement en cours d’examen, sans pour autant préciser quand il serait présenté au Parlement.4

Le 3 septembre 2017, après 70 ans d’attente, le diocèse de Bar, la plus ancienne institution religieuse du Monténégro, a béni et consacré la nouvelle co-cathédrale Saint Pierre l’Apôtre. Une messe spéciale a été célébrée par Mgr Zef Gashi, ancien archevêque catholique de Bar. La première pierre avait été posée en 2011 par le cardinal Theodor McCarrick, archevêque émérite de Washington.

En décembre 2017, les responsables politiques de l’État du Monténégro se sont joints aux membres de la communauté juive pour poser la première pierre d’une nouvelle synagogue à Podgorica. Le gouvernement du Monténégro avait offert en 2013 le terrain pour la synagogue. Selon les journaux locaux, ce sera la première synagogue construite dans les Balkans au 21e siècle.5

Pour la première fois depuis plus d’un siècle, la communauté juive du Monténégro a son propre rabbin résident, Ari Edelkopf, un rabbin habad né à Los Angeles. Ari Edelkopf est également le premier rabbin résident au Monténégro depuis que celui-ci a acquis son indépendance en 2006. La communauté juive du Monténégro est la plus jeune et probablement l’une des plus petites communautés juives au monde aujourd’hui. Selon le plus récent recensement, environ 300 juifs vivent au Monténégro.

Un groupe de 30 habitants musulmans de Rozaje, une ville située sur la frontière entre le Monténégro et le Kosovo, a récemment prouvé que la tolérance religieuse était très vivante parmi les Monténégrins. Alors qu’ils travaillaient à l’étranger, ils ont appris que l’église orthodoxe locale Saint Jean-Baptiste avait désespérément besoin de travaux. Ils ont récolté de l’argent et ont aidé les paroissiens orthodoxes à remplacer les portes et les fenêtres en bois déformées et endommagées. Rozaje est une ville à majorité musulmane où il n’y a que 2 % de résidents orthodoxes.6 

Incidents

Le 1er octobre 2017, afin d’éviter un conflit entre les partisans de l’Église orthodoxe du Monténégro et ceux de l’Église orthodoxe serbe, la police locale de Cetinje a empêché l’archevêque et le clergé orthodoxes du Monténégro de célébrer une messe pour le roi Nikola et sa famille dans le monastère de Ćipuri, à Cetinje.7

Slavoljub Stijepovic, maire de la capitale monténégrine, Podgorica, a déposé plainte contre des inconnus « habillés comme des prêtres », pour avoir célébré une messe dans une propriété, objet d’un litige. Il a déclaré que des inconnus étaient entrés dans l’ancien marché du quartier de Konik, et s’étaient introduits sur un terrain municipal. Des prêtres orthodoxes serbes, dirigés par Amfilohije Radovic, avaient célébré une messe le 23 avril 2017 sur une ancienne place de marché pour marquer le début de la construction d’une nouvelle église consacrée à Saint Vasilije Ostroski.8

La restauration d’un monument historique à Podgorica a provoqué un désaccord public entre musulmans et orthodoxes. Pendant les travaux, une croix métallique vieille de 100 ans a été retirée du sommet d’une tour d’horloge (Sahat Kula) construite en 1667 par le souverain ottoman Adži-paša Osmanagić. La communauté musulmane a insisté pour que la croix en métal ne soit pas reposée parce qu’elle ne faisait pas partie de l’architecture islamique originelle. L’Église orthodoxe serbe a exigé que la croix soit replacée au sommet de la tour. Le projet de restauration a été financé à hauteur d’un million d’euros par l’Agence turque TIKA.

L’Église orthodoxe serbe s’est fermement opposée à ce que le gouvernement construise plusieurs centrales hydro-électriques sur la rivière Moraca, dans le nord du pays, car ce projet mettrait en péril l’existence d’un monastère du 13e siècle qui est l’un des lieux de pèlerinage les plus importants du pays.9

Perspectives pour la liberté religieuse

Un an après l’admission officielle du Monténégro au sein de l’OTAN, peu de changements positifs peuvent être vus dans la vie quotidienne des Monténégrins. Le rythme des réformes a en général ralenti. Le taux de chômage a atteint 24 % en 2017. Le grand public considère le gouvernement comme très inefficace et corrompu.

Le projet de loi sur la liberté religieuse n’a pas encore été adopté, malgré les promesses.

L’Église orthodoxe serbe et l’Église orthodoxe monténégrine sont toujours en désaccord quant à la propriété des biens religieux au Monténégro. Le clergé de l’Église orthodoxe serbe continue d’utiliser une rhétorique offensive, qui frise parfois le discours de haine, et cherche à s’immiscer dans les affaires de l’État et la politique. Excepté le conflit entre les deux Églises orthodoxes, les relations entre les groupes religieux sont amicales et tolérantes. Il reste à voir si la situation politique et économique, plutôt instable, influencera sensiblement la société monténégrine traditionnellement tolérante en matière religieuse.

 


 

  1. La direction des communautés religieuses au sein du Ministère des droits de l’homme et des minorités
  2. PR Bureau of the Government of Montenegro
  3. Journal Official du Montenegro, n° 9/77
  4. La loi sur la liberté religieuse est toujours à l’ordre du jour au Parlement, Dan, 28 mars 2018, http://www.dan.co.me/?nivo=3&rubrika=Drustvo&clanak=640420&najdatum=2018-03-28&datum=2018-03-29
  5. Première pierre d’une nouvelle synagogue à Podgorica, chaîne de télévision d’État du Monténégro, http://www.rtcg.me/vijesti/podgorica/187953/postavljen-kamen-temeljac-za-sinagogu.html
  6. CDM. Des donateurs musulmans ont aidé à la reconstruction d’une église orthodoxe à Rozaje, 13 février 2018, https://www.cdm.me/drustvo/muslimani-glavni-donatori-za-obnovu-crkve-u-rozajama/
  7. Lela Šćepanović, Orthodox Church Conflict prevented mass celebration, Radio Free Europe, https://www.slobodnaevropa.org/a/sukob-spc-i-cpc/28773638.html
  8. Milica Đurović, Stijepovic filed a criminal complaint, Amfilohije and his priests burgled local market at Konik in Podgorica, http://www.vijesti.me/vijesti/stijepovic-podnio-prijavu-amfilohije-i-svestenici-obili-pijacu-na-koniku-934994
  9. Dusica Tomovic Serbian Church in Montenegro Slams Planned Dams, 27 décembre 2016, http://www.balkaninsight.com/en/article/serbian-church-slams-montenegro-s-plan-to-dam-moraca-river-12-26-2016-1